Le site d'information de la CFCIM
Croissance

Des prévisions de croissance optimistes pour 2021

Date de publication : 13 janvier 2022 Rubrique : Echos Maroc

Une équipe du Fonds monétaire international (FMI) s’est rendue au Maroc du 30 novembre au 10 décembre 2021 dans le cadre de l’article IV des statuts de l’organisation, qui prévoit un contrôle du régime de change des États membres. « Grâce à une campagne de vaccination particulièrement efficace et à la riposte rapide des autorités, la crise sanitaire a été maîtrisée et l’économie marocaine se redresse. Cette dernière a regagné quasiment le terrain perdu lors de la grave récession mondiale de 2020 qui n’a pas épargné l’économie marocaine », a estimé Roberto Cardarelli qui dirigeait l’équipe, dans un communiqué de presse.

Le fonctionnaire international attribue ce résultat au maintien des mesures de relance budgétaire et monétaire, à la « bonne performance » des principaux secteurs exportateurs, au « dynamisme » des transferts des Marocains résidant à l’étranger, ainsi qu’à la « bonne récolte » agricole. L’équipe a anticipé une hausse de 6,3 % du PIB en 2021, après la contraction de 6,3 % enregistrée en 2020.

Roberto Cardarelli prévoit par ailleurs que la « reprise économique devrait se poursuivre au cours des prochaines années, malgré les séquelles de la pandémie ». Il estime la croissance que la croissance « devrait s’établir en 2022 autour de 3 %, dans l’hypothèse d’une campagne agricole moyenne et d’une poursuite de la reprise des activités non agricoles ». Sur le plan monétaire, le fonctionnaire international juge que la « récente appréciation du taux de change et l’incertitude quant au caractère transitoire ou durable de ces pressions inflationnistes offrent l’occasion aux autorités d’accélérer la transition vers un régime de ciblage de l’inflation ».

Quelques jours plus tard, lors d’un point de presse, le Gouverneur de Bank Al-Maghrib Abdellatif Jouahri, relayé par le site d’informations Médias24, a néanmoins écarté une nouvelle étape de flexibilisation du taux de change du dirham, estimant qu’« il vaut mieux attendre ». La banque centrale, de son côté, anticipe un taux de croissance de 6,7 % en 2021.

Dans sa note de conjoncture de décembre 2021, la Direction des Études et des Prévisions Financières (DEPF) du Ministère de l’Économie et des Finances dit, quant à elle, s’attendre à « une reprise économique meilleure que prévue », avec une croissance en 2021 « aux alentours de 6 % », ce qui « permettrait au PIB de récupérer 99,5 % de son niveau pré-Covid (2019) ».

FMI, Bank Al-Maghrib et DEPF mettent néanmoins tous l’accent sur l’incertitude des prévisions économiques dans le contexte de la crise liée à la pandémie de Covid-19. Le 20 décembre, c’était au tour de l’agence de notation Fitch de publier son évaluation pour le Maroc, confirmant sa note BB+.