Le site d'information de la CFCIM
gazoduc marin

Fin des travaux du gazoduc controversé Nord Stream 2

Date de publication : 5 octobre 2021 Rubrique : Echos international

Le géant russe des hydrocarbures Gazprom a annoncé, début septembre, l’achèvement des travaux du gazoduc Nord Stream 2. L’infrastructure, qui relie la Russie à l’Allemagne en passant par la mer Baltique, suit le même tracé que celui du gazoduc Nord Stream 1, inauguré en 2012. Comme ce dernier, l’ouvrage dispose d’une capacité de 55 milliards de mètres cubes par an. Ce méga-chantier a duré quatre ans et a nécessité un investissement d’une dizaine de milliards d’euros. Il a toutefois suscité d’intenses controverses, car il permet en effet à la Russie de doubler ses livraisons directes de gaz à l’Union européenne via la mer Baltique en évitant l’Ukraine. Cette dernière risque ainsi de perdre un atout stratégique et financier considérable dans un contexte de vives tensions avec Moscou. La Russie, qui a annexé la Crimée en 2014, soutient en effet des séparatistes dans l’est du pays.

Cette situation a poussé les États-Unis à prendre des sanctions à l’encontre des entreprises collaborant à la construction de l’infrastructure, ce qui a provoqué de nombreux retards. Si le chantier est aujourd’hui achevé, aucune date de mise en service du nouveau gazoduc n’a en revanche été encore annoncée.

Selon l’organisme public européen Eurostat, la Russie fournissait 34 % du gaz de l’Union européenne en 2019, suivie par la Norvège (13 %), le Qatar (8 %) et l’Algérie (7 %). Cette dernière fournit le continent européen principalement via le gazoduc Medgaz qui la relie directement à l’Espagne et le gazoduc Maghreb-Europe qui traverse le Maroc puis atteint l’Espagne. Néanmoins, après avoir décidé de rompre ses relations diplomatiques avec Rabat, les autorités algériennes ont indiqué en août dernier le non-renouvellement du contrat d’exploitation de ce gazoduc conclu avec le Maroc et arrivant à échéance fin octobre prochain.