Le site d'information de la CFCIM
Pass sanitaire FR

Le Maroc et l’UE accordent techniquement leurs pass sanitaires

Date de publication : 28 septembre 2021 Rubrique : Echos Maroc

Les pass sanitaires et vaccinaux de l’Union européenne et du Maroc, destinés à lutter contre l’épidémie de Covid-19, sont désormais techniquement compatibles. Depuis le 15 septembre dernier, le pass sanitaire européen est, d’un point de vue technique, accepté au Maroc, et le pass vaccinal marocain peut être lu sur le territoire de l’Union européenne. Plusieurs pays ne faisant pas partie de l’UE ont bénéficié de cette mesure, comme l’Albanie, la Suisse ou encore la Turquie.

Les pays de l’Union européenne ont standardisé en juillet dernier le dispositif technique de leurs pass sanitaires. En clair, ces derniers peuvent être lus dans n’importe quel pays de l’Union, mais les règles déterminant la validité d’un pass sanitaire restent toutefois du ressort de chaque pays européen (en fonction des types de vaccin et de test acceptés) Au Maroc, les personnes vaccinées disposent quant à elles d’un pass vaccinal, téléchargeable sur www.liqahcorona.ma, qui permet en théorie de se déplacer librement dans le pays et d’attester de la vaccination complète..

La décision a été interprétée par beaucoup au Maroc comme une acceptation du pass vaccinal valide en Europe, quel que soit le vaccin utilisé, et qui permettrait ainsi de se déplacer plus facilement en limitant notamment les périodes de quarantaine. Une évolution attendue par de nombreuses personnes vivant au Maroc, car le vaccin de l’entreprise chinoise Sinopharm est le plus utilisé dans le Royaume, mais sans être reconnu par la plupart des pays européens, y compris la France. Il est en revanche accepté en Espagne, par exemple. La France a décidé en effet de n’accepter que les vaccins homologués par l’Agence Européenne du Médicament (AEM). Sinopharm n’a déposé aucune demande d’homologation auprès de l’AEM, bien que son vaccin soit reconnu par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Le 21 septembre, la Délégation de l’Union Européenne au Maroc décidait de clarifier la situation. « L’équivalence entre les certificats sanitaires est purement technique et permet une lisibilité mutuelle des QR code, que ce soit au niveau des pass vaccinaux ou des tests PCR : leur fiabilité et leur traçabilité sont ainsi assurées. Hormis cette normalisation technique, ceci ne change rien aux exigences sanitaires requises depuis toujours par chacun des États membres de l’UE pour pouvoir entrer dans chaque pays : toute personne, quelle que soit sa nationalité, qu’il s’agisse de ressortissants marocains ou d’un des États membres de l’UE ou de toute autre nationalité, doit se soumettre aux demandes sanitaires formulées par le pays de destination. Ces exigences dépendent 1/du vaccin administré, 2/de la catégorie de pays d’où l’on vient et où l’on va (vert, orange, rouge selon la nomenclature européenne et A, B, concernant la nomenclature marocaine) », indique un communiqué de la Délégation.

Néanmoins, des assouplissements sont progressivement mis en place. La France a ainsi décidé de délivrer, à partir du 23 septembre, un pass sanitaire valide aux personnes ayant été vaccinées par des vaccins reconnus par l’OMS, mais non acceptés en France. Il faudra pour cela avoir reçu une dose supplémentaire de vaccin à ARNm (comme les vaccins de Pfizer-BioNTech ou Moderna) et attendre 7 jours.