Le site d'information de la CFCIM
Production vaccins

Le Maroc participera à la fabrication de vaccins contre le Covid-19

Date de publication : 14 juillet 2021 Rubrique : Echos Maroc

Le Royaume créerait une usine « à court terme » pour le remplissage des flacons de vaccins du Chinois Sinopharm. Comme beaucoup d’autres pays, le Maroc pâtit de la pénurie mondiale de vaccins, même si le cap de 10 millions de premières doses a été franchi. Au niveau mondial, l’épidémie progresse à nouveau.

Lors d’une cérémonie présidée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI au Palais Royal de Fès, le 5 juillet dernier, une série de conventions ont été signées marquant le début d’un projet de mise en flacon de vaccins au Maroc. Le projet « a pour objet la production dans notre pays du vaccin anti-Covid, ainsi que d’autres vaccins clés, de manière à promouvoir l’autosuffisance du Royaume et de faire du Maroc une plateforme de biotechnologie de premier plan à l’échelle du continent africain et du monde dans le domaine de l’industrie du “fill & finish” », indique une dépêche de la MAP. Il nécessiterait un investissement global de 500 millions de dollars.

Les accords prévoient que la société marocaine Sothema mette à disposition du laboratoire chinois Sinopharm ses installations de remplissage dans le cadre de la fabrication de son vaccin contre le Covid-19. Selon la MAP, une capacité de production de 5 millions de doses est programmée à court terme, puis sera augmentée. Il est aussi prévu, à plus long terme, que le Royaume produise d’autres vaccins avec le concours de la société suédoise Recipharm.

10 millions de premières doses

Ce projet pourrait ainsi permettre de renforcer l’approvisionnement du Royaume tandis que la pénurie de vaccins perdure au niveau mondial. Les pays pauvres restent largement exclus des livraisons de vaccin contre le nouveau coronavirus. Le Maroc fait néanmoins toujours figure d’exception, alors que les 10 millions de premières doses de vaccin administrées ont été dépassés. Mais la campagne de vaccination avance au ralenti depuis début juillet, puisqu’il semble que le rythme des livraisons de doses a décéléré. Si la majorité des personnes les plus âgées et les plus vulnérables ont été vaccinées, l’épidémie continue de se propager dans le Royaume. Le nombre nouveaux cas, toujours faible, ne cesse néanmoins d’augmenter ces dernières semaines. Le 1er juillet dernier, le Chef du Gouvernement, Saâdeddine El Othmani, a jugé la situation préoccupante et a appelé à la vigilance. Si le nombre de cas actifs est en hausse, quelques décès quotidiens sont comptabilisés. Selon les statistiques officielles, 9 346 personnes sont mortes du Covid-19 dans le Royaume, au 9 juillet.

Cette hausse des cas intervient après la réouverture, sous conditions, des frontières marocaines (depuis le 15 juin dernier). Alors que Sa Majesté le Roi avait demandé début juin à faciliter le séjour des Marocains résidant à l’étranger, les Ministère des Affaires Étrangères a progressivement assoupli les conditions d’entrée sur le territoire. Depuis le 4 juillet, au moment du dernier assouplissement, la validité des tests PCR, obligatoires pour les personnes non vaccinées provenant de pays de liste A, est de 72 heures au lieu de 48 heures. Pour les pays de liste B, la quarantaine obligatoire est supprimée pour les personnes vaccinées, qui devront néanmoins présenter un test PCR de moins de 48 heures, tout comme les personnes non vaccinées.

Le 5 juillet, les statistiques du Haut-Commissariat au Plan ont confirmé la reprise de l’économie. L’institution estime que la croissance, en variation annuelle, a été de 12,6 % au deuxième trimestre 2021. Le HCP s’attend à une croissance de 7,2 % au troisième trimestre.

Progression importante de l’épidémie en Afrique

Au niveau mondial, aussi, la pandémie a légèrement progressé à partir de fin juin, après sept semaines de baisses consécutives, a indiqué l’Organisation mondiale de la santé (OMS). C’est la région européenne qui a connu la plus forte augmentation, alors que l’Afrique enregistre la hausse la plus importante de la mortalité. Le variant Delta, originaire d’Inde, semble être à l’origine de la recrudescence de l’épidémie dans de nombreux pays.

La situation est néanmoins contrastée selon les pays. Si la Tunisie, la Russie, ou encore l’Indonésie vivent des heures particulièrement difficiles, la France a de son côté levé l’essentiel des restrictions début juillet. Le Japon a annoncé quant à lui, le 8 juillet, que les Jeux olympiques prévus cet été se tiendraient finalement à huis clos.

L’économie mondiale multiplie néanmoins les signaux positifs. Début juillet, le Fonds monétaire a assuré selon l’AFP qu’aux États-Unis, « la croissance en 2021 devrait être de quelque 7 %, le rythme le plus rapide en une génération ».

Rémy Pigaglio