Le site d'information de la CFCIM
Salma Ammor

Entretien avec Salma Ammor, Cofondatrice de la startup GOAcommerce

Date de publication : 5 janvier 2021 Rubrique : Zoom

« La part de marché du e-commerce mondial a progressé en deux mois autant qu’en deux décennies »

Entretien avec Salma Ammor, Cofondatrice de la startup GOAcommerce

Conjoncture : Comment a évolué le secteur du e-commerce en 2020 ?

Salma Ammor : En 2020, la crise liée a la Covid-19 a profondément accéléré l’adoption du e-commerce, qui est devenu une alternative incontournable aux autres canaux de vente. Il a été encore plus dynamique que les magasins physiques, surtout en ce qui concerne les catégories de biens de première nécessité. La part de marché du e-commerce mondial a doublé en deux mois, soit l’équivalent de sa croissance en deux décennies ! À l’heure où nous souhaitons toutes et tous éviter la promiscuité inhérente aux lieux publics, le e-commerce dispose d’un terreau des plus favorables.

Où en est son taux de pénétration ?

Hors période de crise, le e-commerce a une croissance annuelle de 24 %, soit quatre fois plus que celle du retail pris dans sa globalité. Dans des régions telles que l’Europe ou l’Asie du Sud-Est, son taux de pénétration dépasse les 10 % ; il va même jusqu’à 16 % dans un pays comme le Royaume-Uni. Mais le taux de pénétration dans les pays d’Afrique du Nord – comme le Maroc – reste encore relativement faible.

En cette période de crise, les habitudes des consommateurs ont basculé vers de nouvelles pratiques moins risquées, pour s’assurer du strict respect des règles de distanciation sociale qui s’imposent à nous.

Faut-il préférer les marketplaces aux sites marchands traditionnels ?

Les marketplaces ne remplacent pas les sites marchands traditionnels, elles viennent en complément. Les retailers se tournent de plus en plus vers un modèle omnicanal, où l’expérience d’achat peut commencer à un endroit et se terminer dans un autre. Ainsi, le client passe du temps en ligne pour découvrir le produit, lire les avis, comparer les prix, avant de convertir son acte d’achat.

À titre de comparaison, un consommateur préférera un magasin de vêtements dans un centre commercial plutôt qu’un magasin isolé et loin, car il aura plus le choix et pourra se balader à côté : c’est le même raisonnement pour les marketplaces. Aujourd’hui, elles ont aussi le plus gros trafic et la plus grande part de marché, avec une bonne expertise pour acquérir de nouveaux clients ainsi que pour délivrer une bonne expérience logistique.

Dans ce contexte, comment se positionne GOAcommerce, la startup que vous avez cofondée ?

Nous aidons les entreprises à externaliser la gestion de leur canal de vente en ligne de A à Z : création du contenu, gestion du premier kilomètre, logistique, gestion des campagnes marketing, etc. Les marques nous sollicitent pour gérer leurs boutiques en ligne sur les marketplaces, mais s’intéressent également de plus en plus aux autres canaux de vente, qui sont les réseaux sociaux, mais aussi leur site en propre.

Au lieu de recruter un expert e-commerce, puis de chercher un distributeur ou un expert logistique, avant encore de chercher une agence média, nous proposons de faciliter toute la gestion du canal, de mutualiser les besoins de nos clients et d’externaliser les tracas de la vente en ligne. L’objectif est que nos clients et marques partenaires puissent se concentrer sur leur cœur de métier. Aujourd’hui, GOAcommerce travaille avec des multinationales comme Unilever, Johnson, Bosch, mais aussi avec des usines ou des petites marques qui veulent trouver leur place sur le marché.

Quels conseils donner à une entreprise qui veut se lancer ?

Il faut d’abord faire une veille concurrentielle sur les produits en ligne et avoir un bon catalogue, car le contenu est clé dans le e-commerce. Il faut aussi s’assurer d’avoir du stock et surtout avoir un bon partenaire pour gérer la logistique.

Une étude préalable doit être faite pour bâtir une stratégie. Attention à ne pas sous-estimer la gestion marketing et opérationnelle, et surtout les coûts liés au dernier kilomètre. Les données (data) sur le marché, les concurrents, le positionnement prix sont très importantes dans la phase de pré-lancement, pour disposer d’un avantage compétitif et d’un positionnement bien étudié.

Propos recueillis par Thomas Brun