Le site d'information de la CFCIM
Alstom Maroc

Entretien avec Nourddine Rhalmi, PDG d’Alstom Maroc

Date de publication : 17 novembre 2020 Rubrique : Echos Maroc

« La nouvelle usine Alstom de Fès doit permettre de faire face à la demande grandissante de nos clients »


Nourddine RhalmiConjoncture : Alstom Maroc vient d’inaugurer une nouvelle usine à Fès, qui vient remplacer le précédent site. Pourquoi avoir décidé de construire cette nouvelle unité ?

Nourddine Rhalmi : Notre site Alstom Cabliance a été créé en 2011 dans le cadre d’une joint-venture (JV) avec Nexans. En 2016, nous avons acquis la totalité des parts de la JV, transformée en filiale à 100 % d’Alstom. Celle-ci est devenue un acteur incontournable de la fourniture de câblage ferroviaire pour le matériel roulant Alstom à travers le monde. Elle produit des faisceaux, des sous-ensembles et des armoires électriques qui sont montés dans les trains Alstom, en circulation dans le monde entier. Nous avons participé à plus de 20 projets internationaux. Alstom Cabliance a contribué aux écosystèmes du câblage ferroviaire et continuera de les renforcer en développant des fournisseurs de tôleries pour la production d’armoires électriques mettant en œuvre des procédés industriels spéciaux, en particulier la peinture, le soudage et le rivetage. Nous nous appuyons sur des fournisseurs locaux qualifiés, dans le respect des normes du secteur ferroviaire international.

Comme nous souhaitons perpétuer nos activités et honorer nos engagements, nous avons décidé d’agrandir notre site Alstom Cabliance à Fès. Aujourd’hui situé sur la zone de l’ex-Cotef, le nouveau site, de 34 200 m2 dont 12 000 m2 couverts, a été pensé pour permettre de faire face à la demande grandissante de nos clients.

Pouvez-vous décrire ce nouveau site ?

Nous avons vu les choses en grand et avons souhaité faire de notre site une référence. C’est pourquoi nous avons été accompagnés par une architecte locale qui a su voir en cet espace un potentiel fort et iconique pour la ville de Fès et sa région. Nous avons voulu que ce site renoue avec son histoire, qu’il soit le symbole du renouveau industriel de Fès. Nous avons opté pour un site contemporain, dans un style industriel, qui se projette vers le futur tout en préservant la qualité architecturale existante. Les volumes et les lumières en faisaient déjà un site d’exception. Alstom Maroc a souhaité aussi mener une démarche participative : ce site a été repensé par et avec les salariés Alstom. De nombreux workshops ont été organisés pour recenser les besoins de nos collaboratrices et collaborateurs. Nous nous sommes également inscrits dans une démarche environnementale : le nouveau site est un parfait exemple de protection et de respect de l’environnement avec l’installation de 120 panneaux solaires, l’utilisation de matériaux recyclables, la récupération de l’eau et les peintures écologiques. Aussi, les arbres qui se trouvaient sur le site de l’ex-Cotef ont été maintenus ou replantés. Un espace potager a été créé, permettant ainsi aux collaboratrices et collaborateurs de pouvoir en disposer. Après des travaux d’une durée de dix mois, le nouveau site d’Alstom Fès a été finalisé en septembre 2020 et accueille nos 400 employés. Nous travaillons à 100 % à l’export. L’engagement d’Alstom est d’avoir 350 employés en plus à la fin 2023.

tram covidAlstom choisie pour les lignes 3 et 4 du tramway de Casablanca

La société française a confirmé début novembre dernier qu’elle avait remporté l’appel d’offres pour fournir les rames des deux nouvelles lignes du tramway de Casablanca, dont la mise en service est prévue en 2024. Alstom a été désigné par la Société de développement local (SDL) en charge des transports dans la capitale économique, Casa Transports, pour livrer 66 rames Citadis, avec une option de 22 rames. Le contrat s’élève à 130 millions d’euros. Les lignes 1 et 2, inaugurées en 2012 et 2019, sont aussi équipées de rames Citadis.

Pouvez-vous expliquer quels sont les produits fabriqués sur ce site ?
Il s’agit de faisceaux et d’armoires électriques. C’est le système nerveux du train : toutes les informations nécessaires au fonctionnement du train passent par le câblage. Il est question de l’alimentation électrique des différents sous-ensembles, tels que l’éclairage, la climatisation, la motorisation, etc.

Comptez-vous fabriquer d’autres produits à Fès à l’avenir ?

Étant donné que nous souhaitons apporter plus de valeur ajoutée au pays, nous réfléchissons à développer d’autres activités.

Comptez-vous implanter d’autres sites au Maroc ?

Nous réfléchissons à cette possibilité, tout en gardant à l’esprit que la condition sine qua non pour une nouvelle implantation passe par le renforcement du tissu industriel ferroviaire marocain.

Pour vous, quelle place occupe Alstom dans ce tissu industriel ferroviaire marocain ?

Étant donné que nous sommes implantés au Maroc depuis plus de 100 ans, nous jouons un rôle dans la mise en place de ce tissu industriel ferroviaire. Ceci étant, nous observons l’évolution du marché ainsi que les conditions sanitaires et restons à la disposition de tous nouveaux acteurs.

En quoi le Maroc est-il intéressant pour développer ce tissu industriel ?

Le Royaume possède plusieurs atouts. Tout d’abord, la géographie : nous sommes à 12 km de l’Europe. Le Maroc se veut un lien entre l’Europe et l’Afrique. D’autre part, le pays dispose d’ingénieurs qualifiés. C’est pourquoi Alstom a signé plusieurs conventions ou partenariats avec des universités pour offrir une formation aux futurs ingénieurs. De plus, le Royaume est doté d’infrastructures performantes qui nous facilitent la logistique. Le port de Tanger Med en est une belle illustration. Il faut ajouter un intérêt spécifique à la France, au-delà de la langue, qui est le lien particulier qui unit nos deux pays.

« Étant donné que nous souhaitons apporter plus de valeur ajoutée au pays, nous réfléchissons à développer d’autres activités. »

Compte tenu des projets ferroviaires du Maroc (locomotives, tramways, trains à grande vitesse…), considérez-vous que le marché marocain seul pourrait justifier de nouvelles implantations industrielles ?

Vous me demandez si l’on pourrait y créer une usine de train ? Comme évoqué précédemment, nous réfléchissons à toutes les options pour le futur.

Le continent africain représente-t-il, par ailleurs, un potentiel important pour Alstom Maroc ?

C’est déjà le cas, étant donné que nous avons déjà équipé le train régional de Dakar avec nos armoires et faisceaux électriques fabriqués à Fès.

Propos recueillis par Rémy Pigaglio