Le site d'information de la CFCIM
Covid Crash

Baromètre Coface : une explosion des défaillances d’entreprise suite à la crise du Covid-19

Date de publication : 23 avril 2020 Rubrique : Echos international

Coface a publié le 6 avril dernier son baromètre au premier trimestre 2020. Sans surprise, le cabinet prévoit une forte augmentation des défaillances d’entreprises causée par l’épidémie internationale de Coronavirus. En excluant une seconde vague épidémique au second semestre, ces dernières devraient ainsi connaître une hausse globale de +25 % en 2020 (+39 % pour les États-Unis, +11 % pour l’Allemagne, +15 % pour la France, +33 % pour le Royaume-Uni, +18 % pour l’Italie et +22 % pour l’Espagne). « Dans ce contexte, Coface prévoit en 2020 la première récession de l’économie mondiale depuis 2009 : -1,3 % (vs +2,5 % en 2019), une récession qui devrait toucher 68 pays (vs 11 en 2019), un recul du commerce mondial en volume de 4,3 % (vs -0,4 % en 2019) et une augmentation de 25 % des défaillances d’entreprises dans le monde (contre seulement +2 % prévus en janvier dernier) », indique l’étude. Les économies émergentes seraient les plus touchées.

Par ailleurs Coface prévoit que la crise du COVID-19 pourrait également avoir, à plus long terme, des conséquences sur la structure des chaînes de valeur mondiales : « En effet, la principale source de vulnérabilité des entreprises, dans le contexte actuel, est leur forte dépendance à un nombre réduit de fournisseurs situés dans quelques pays. Augmenter leur nombre pour anticiper de possibles ruptures dans les chaînes d’approvisionnement sera donc désormais une priorité pour les entreprises. »

Amélioration du solde commercial de la France en 2019

EuroLa Direction Générale du Trésor du Ministère de l’Économie et des Finances français a publié en février le rapport annuel sur le commerce extérieur de la France pour l’année 2019. Il est, entre autres, marqué par une amélioration du solde commercial, qui est passé de -25,4 milliards d’euros à -21,8 milliards d’euros. Un résultat qui a notamment été permis par la bonne tenue des exportations dans les secteurs aéronautique, pharmaceutique et du luxe. Les exportations de biens ont ainsi progressé de 3,3 %. Les importations, de leur côté, ont augmenté de 2,2 % en particulier du fait de la hausse des importations aéronautiques. La part de marché de la France dans les exportations est restée relativement stable depuis 2012 et se maintient à 3,5 % en 2019. Auparavant, elle était en baisse continue depuis les années 1990. Le pays est le cinquième exportateur mondial de biens et de services. « Le commerce international a considérablement ralenti, mais le commerce extérieur de la France témoigne d’une bonne résilience, y compris en comparaison de nos grands partenaires européens », juge Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d’État auprès du Ministre de l’Europe et des Affaires Étrangères, dans le rapport. En revanche, les flux d’investissements directs étrangers sur les trois premiers mois de 2019, qui se chiffrent à près de 30 milliards d’euros, sont en recul par rapport aux trois premiers mois de 2018.