Le site d'information de la CFCIM
Noureddine El Amarti

Interview de Noureddine El Amarti

Date de publication : 27 janvier 2020 Rubrique : Zoom

« La performance énergétique, un axe stratégique pour Lydec »

Interview de Noureddine El Amarti, Directeur du Développement de la Performance et du Contrôle Technique au sein de Lydec

Conjoncture : En tant que distributeur de l’électricité et gestionnaire de l’éclairage public dans le Grand Casablanca, quelles sont vos actions en matière d’efficacité énergétique ?

Noureddine El Amarti : Lydec vient de recevoir la certification NM ISO 50001 version 2018 de son système de management de l’énergie pour l’activité éclairage public, dans les communes urbaines de Casablanca, Aïn Harrouda et Mohammedia. C’est une fierté pour l’ensemble des collaborateurs de l’entreprise de décrocher cette première certification à l’échelle nationale.

L’objectif en 2020 est d’élargir le périmètre de cette certification à l’ensemble de nos activités (autoconsommation des ouvrages techniques, bâtiments, parc roulant…). Cette démarche nous permet, d’une part, de concrétiser un pilier majeur de notre engagement RSE en termes de maîtrise de la consommation énergétique et, d’autre part, de répondre à l’une des principales attentes de nos parties prenantes, notamment la conformité réglementaire par rapport au décret n° 2-17-746 relatif à l’audit énergétique obligatoire, publié au bulletin officiel du 2 mai 2019.

Concrètement, quels projets avez-vous réalisé en matière de maîtrise de la consommation de l’énergie ?

Éclairer juste. C’est sur la base de ce principe essentiel que Lydec a construit son programme de performance de l’éclairage public depuis la prise en charge de ce service en 2009, en particulier à travers la maîtrise énergétique des installations et la réduction des nuisances lumineuses. Nous avons mis en place un plan d’actions ambitieux dont l’objectif principal est de réduire la consommation d’énergie, tout en maintenant un niveau d’éclairement conforme à la norme. Grâce à cette stratégie, une baisse de la consommation par point lumineux de 6,5 % a été enregistrée entre 2010 et 2019.

Par ailleurs, en 2016 en amont de la COP22, nous avons lancé, au profit de la Commune de Casablanca, plusieurs projets visant une économie de plus de 1,8 million de kWh/an dont, entre autres, le déploiement de plus 1 000 luminaires à LED au niveau de différents quartiers de Casablanca.

Vous avez lancé la réalisation d’un Schéma Directeur d’Aménagement Lumière pour améliorer la performance énergétique de votre parc. Où en êtes-vous ?

Effectivement, en 2017, dans le cadre du Plan de développement du Grand Casablanca (2015-2020) qui vise notamment à améliorer le cadre de vie des habitants, la Ville de Casablanca a décidé de se doter d’un Schéma Directeur d’Aménagement Lumière (SDAL). Première à l’échelle nationale, l’étude de ce schéma est aujourd’hui finalisée et est en attente de validation par les autorités. Son but est de fixer les grandes orientations en matière d’éclairage urbain. Il permettra d’améliorer la qualité de l’éclairage, de répondre à un objectif d’efficacité énergétique et de définir une identité lumière harmonieuse de la ville.

Afin d’augmenter la performance énergétique du parc d’éclairage public de Casablanca, le SDAL préconise la généralisation du LED pour l’ensemble du territoire et l’abaissement du niveau d’éclairement à partir de 23 h pour les voies de desserte. L’objectif est de réduire de plus de 20 % la facture énergétique du parc existant à terme avec le renouvellement du patrimoine identifié comme vétuste.

Il faut savoir que plusieurs projets, respectant les préconisations du SDAL, ont été réalisés ou sont en cours de mise en œuvre. Il s’agit, entre autres, de l’éclairage des lignes du tramway, du quartier Art Déco, du pont à haubans, du boulevard de l’Océan Atlantique et de la zone industrielle de Aïn Sebaâ.

Quid de la distribution de l’électricité ?

Pour améliorer le rendement du réseau électrique, nous avons mis en place un projet innovant majeur de sectorisation électrique. L’ensemble du réseau de distribution d’électricité a ainsi été divisé en secteurs homogènes sur lesquels les flux sont mesurés, enregistrés et analysés. Ceci permet d’identifier les zones de distribution à faible rendement et d’engager les actions pertinentes. Par ailleurs, tous nos clients industriels sont actuellement télérelevés quotidiennement, ce qui leur permet de suivre et d’adapter en permanence leurs consommations. Une alerte automatique leur est envoyée par SMS en cas d’anomalies dans leurs consommations. Un déploiement pilote teste actuellement cette technologie chez les clients particuliers (basse tension). Globalement, les efforts que nous menons en termes d’efficacité énergétique nous ont permis de réaliser en 2019 un gain d’environ 19 GWh, dont 8,7 GWh grâce au projet innovant de la sectorisation électrique. Lydec suit de très près les évolutions de la réglementation liée aux énergies renouvelables, notamment la Loi 13-09 qui dans sa configuration actuelle limite les opportunités que nous pourrions saisir dans ce domaine. Nous travaillons néanmoins en accord avec l’Autorité Délégante sur un projet de Power Purchase Agreement – PPA (contrat d’achat d’électricité) pour de la production photovoltaïque sur des sites de la Gestion Déléguée.

Propos recueillis par Salima Marzak