Le site d'information de la CFCIM
Leila Bazzi

3 questions à Leila Bazzi, Fondatrice du Lean In Morocco Chapter

Date de publication : 15 janvier 2020 Rubrique : Initiatives durables

« Il faut briser les tabous des femmes vis-à-vis de l’argent »

L’initiative Lean In, lancée par la Directrice des opérations de Facebook, Sheryl Sandberg, vise à promouvoir le leadership et l’entrepreneuriat féminins. Sa déclinaison marocaine a été créée en 2016. Retour avec Leila Bazzi sur la toute première conférence annuelle du Lean In Morocco Chapter qui s’est tenue le 14 décembre dernier à Casablanca.

Après quatre années d’existence du lean in Morocco chapter, pourquoi avoir décidé d’organiser une première conférence annuelle ?
Nous avons souhaité l’organiser maintenant car notre objectif était de nous faire connaître et de gagner en légitimité et en visibilité. C’était également l’occasion de proposer à nos membres des activités à fort impact. Au cours de nos quatre années d’existence, nos membres ont profité de notre réseau et de nos activités pour développer leur leadership, renégocier leurs salaires ou encore décrocher des promotions et des expatriations, sans parler des retombées de notre programme de mentoring au profit de nos étudiantes. La conférence a permis de promouvoir toutes ces actions et de proposer un beau programme.

La thématique était : « Be bold and on the top in 2020 ». C’est-à-dire : être audacieuse et au sommet en 2020. Nous avons notamment pu écouter les interventions et échanger avec Bouchra Baibanou, première Marocaine à avoir réalisé l’ascension de l’Everest et gravi les sept sommets les plus hauts du monde, Mehdi Lahrichi, associé du cabinet McKinsey Casablanca (McKinsey a réalisé une étude Women in the workplace) et Aalya Ghouli, Directeur du Marketing Innovation Digital et de la Stratégie et Ambassadrice Diversité BMCI, qui a partagé les best practices de la BMCI en termes de diversité. Enfin, Insaff El hassini, Fondatrice de Lean In France, a animé un workshop sur le thème « À ma juste valeur ».

Justement, pourquoi avoir consacré un atelier à cette question de la rémunération des femmes ?
J’ai toujours eu l’idée de faire venir Insaff, car elle a suivi les tout débuts de Lean In Morocco. L’objectif était de délivrer des conseils clés aux participants sur tout type de négociations, notamment sur la question des salaires. Le timing s’y prêtait bien, parce que c’est en fin ou en début d’année que se déroulent les négociations sur les revalorisations de salaires ou de rémunérations.

Les femmes ont tendance à se sous-valoriser. Elles ont un rapport à l’argent qui est assez tabou, comparé aux hommes. Ces derniers n’hésitent pas à négocier leur salaire d’entrée de jeu ou à demander une revalorisation ou une renégociation d’honoraires. Les femmes manquent de confiance en leur potentiel, elles ne s’estiment pas à leur juste valeur. À travers ce workshop, l’objectif était de les encourager à oser demander. Il faut briser les tabous des femmes vis-à-vis de l’argent.

Quelles sont les prochaines étapes pour le Lean In Morocco Chapter ?
D’abord, nous voulons encore grossir les rangs de notre communauté, composée actuellement de 300 personnes, femmes et hommes. La participation des hommes reste infime, mais les avoir à nos côtés est un objectif. Nous souhaitons également inciter nos membres à créer des cercles Lean In, car notre ambition est de diffuser cette initiative à travers tout le Maroc. Nous sommes aujourd’hui essentiellement présents à Casablanca.

Nous avons commencé l’an dernier à soutenir les entreprises dans leur politique de diversité et à promouvoir la création de cercles en interne, une action que nous comptons désormais accélérer. Nous allons continuer à offrir toujours plus d’activités comme des workshops sur le développement personnel et le leadership à nos membres. Nous poursuivons aussi notre programme Leaders en herbe au profit des jeunes étudiantes, lancé il y a deux ans en partenariat avec la Fondation Marocaine de l’Étudiant.

w Rémy Pigaglio