Le site d'information de la CFCIM
Yanja El Khattat

Yanja El Khattat, invité de Conjoncture

Date de publication : 10 septembre 2019 Rubrique : Blog Dakhla

« L’objectif prioritaire est l’employabilité et la valorisation du capital humain »

Yanja El Khattat, Président de la Région Dakhla – Oued-Eddahab

Conjoncture : Quel est votre regard sur l’évolution de la dynamique économique dans la Région de Dakhla-Oued Eddahab ces dernières années ?

Yanja El Khattat : Notre Région dispose de nombreux atouts ayant posé les bases de son émergence économique. Citons notamment l’engagement volontariste de l’État au travers de la mise en œuvre du contrat-programme royal. Pour rappel, ce dernier vise à déployer le nouveau modèle de développement des Provinces du Sud et à dynamiser la compétitivité territoriale. Dans ce cadre, près de 45 milliards de dirhams d’investissements publics ont été alloués, dont 10 % par la Région.

Autre atout, le portefeuille de projets stratégiques complémentaires à l’initiative du Conseil de la Région dont l’objectif est de catalyser les moteurs et potentiels de croissance ainsi que de diversifier ses perspectives économiques. Enfin, citons notre situation géostratégique privilégiée qui positionne la Région comme un hub vers l’Afrique subsaharienne. Tous ces leviers sont en cours de déploiement et la perspective de leur aboutissement à l’horizon 2021 est très favorable.

Quelles sont les perspectives dans les années à venir et quel est le positionnement choisi par la Région pour répondre à ces enjeux ?

Le projet de transformation de la Région à l’horizon 2030 mobilise en effet toutes les énergies du territoire. À titre illustratif, le Conseil accorde une priorité à quelques projets emblématiques :

– la valorisation de la baie de Dakhla et son affirmation en qualité de destination touristique internationale ;

– l’émergence du pôle portuaire et logistique de Ntireft, véritable hub vers le continent africain ;

– la montée en gamme de la filière halieutique avec l’implantation d’un pôle d’innovation en produits marins ;

– la promotion et le développement des filières d’enseignement supérieur, de formation professionnelle et de santé ;

– le développement d’une offre aéroportuaire de nouvelle génération.

Ainsi, nous souhaitons être une Région prospère qui contribue activement à la croissance économique nationale en s’appuyant sur un positionnement innovant en qualité de hub de rang mondial – que ce soit dans les domaines touristique, commercial ou logistique – avec un rayonnement particulier sur le continent africain.

Quels sont les principaux objectifs du nouveau Plan de Développement Régional (PDR) de Dakhla ?

L’objectif prioritaire est l’employabilité et la valorisation du capital humain. Plus globalement, le PDR a été construit de façon à créer de la résilience et de l’équité dans le développement du territoire en mettant en avant les atouts intrinsèques.  Les projets emblématiques cités ci-dessus sont des éléments d’ancrage du nouveau modèle de développement. À ce titre, nous souhaitons jouer un rôle majeur dans la dynamique de rayonnement du Royaume à l’échelle continentale.

Quels sont les projets phares du PDR et de quelle manière va-t-il contribuer à augmenter l’attractivité du territoire ?

Notre modèle de développement s’articule sur quatre moteurs économiques stratégiques. Le premier est le secteur du tourisme et des services dont le fer de lance est la baie de Dakhla appelée à devenir l’une des destinations mondiales les plus en vue dans le domaine de l’écotourisme. Le second projet concerne l’innovation dans la valorisation des produits marins et agricoles.

Le troisième a pour objectif de favoriser la montée en puissance de l’offre logistique multimodale avec le futur port atlantique, les parcs logistiques et la construction d’une zone stratégique de commerce dénommée « West Africa Free Zone ». Le dernier levier consiste à développer sur El Argoub une aérocité aux normes internationales incluant des services de santé, du shopping, de l’« entertainment », des offres d’hébergement…

Ces projets sont incubés par le Conseil de la Région et seront déployés via une nouvelle génération de partenariats stratégiques. Dans ce cadre, un partenariat privilégié a notamment été établi avec la CFCIM dont les principales composantes sont l’ouverture de la délégation de la CFCIM en avril dernier, l’organisation à partir du 23 octobre prochain du 1er Forum d’Affaires Maroc-France de Dakhla visant à promouvoir le territoire et enfin le développement et la gestion de parcs industriels et logistiques.

Quelle stratégie a été adoptée par la Région afin d’attirer les investisseurs ? Quels sont les atouts les plus convaincants ?

Nous avons élaboré une feuille de route basée sur une segmentation de l’offre de valeur du territoire et des profils de partenaires investisseurs potentiels. Plusieurs événements, forums et rencontres B2B ainsi que des roadshows sont programmés dans ce cadre. Une feuille de route a été également définie avec la CFCIM.

Quelle est la feuille de route en matière d’emploi et de formation ?

Notre feuille de route s’articule autour d’actions concrètes et mesurables telles que des projets créateurs d’emplois et accompagnés par des offres de formation professionnelle réalistes (tourisme, services attenants, métiers de la santé, de la logistique, de la distribution et du commerce international…). Elle inclut également des programmes d’employabilité (centres de formation pour les métiers du digital) ainsi que des programmes d’autonomisation ciblant différentes catégories de bénéficiaires (la population féminine notamment).

Ces actions sont engagées et de nouvelles annonces seront effectuées lors du forum du mois d’octobre prochain.

Du 23 au 25 octobre prochain se déroulera en effet le Forum d’Affaires Maroc-France de Dakhla. Quels secteurs avez-vous choisi de mettre en avant ? Quelles sont les retombées attendues ?

Le modèle 2030 sera présenté avec les projets emblématiques pour lesquels des conventions spécifiques seront établies avec des partenaires de premier rang. Près de 250 participants sont attendus et diverses délégations étrangères seront présentes, dont plusieurs Régions de France, des opérateurs des pays d’Afrique de l’Ouest ainsi que les principaux donneurs d’ordre nationaux mobilisés dans la Région.

Ce forum a des objectifs précis et s’inscrit dans la volonté d’informer et de concrétiser des opportunités d’investissement autour de projets phares. Le Conseil de la Région déploiera les mesures requises pour encourager les partenariats à forte valeur ajoutée.