Le site d'information de la CFCIM
Larbi Belrhiti

3 questions à Larbi Belrhiti, général Directeur de Jumia

Date de publication : 22 juillet 2019 Rubrique : Zoom

N’est-il pas un peu inquiétant pour le consommateur d’aller sur une Marketplace comme Jumia où les vendeurs ne sont pas identifiés ? Qu’est-ce qui lui garantit que tout se passera bien ?

C’est une très bonne question et je suis heureux de pouvoir y répondre et de montrer que Jumia met tout en œuvre pour sécuriser les achats de ses
clients. Tout d’abord, le nom du vendeur est visible sur la fiche du produit proposé. Ensuite, l’acheteur peut mesurer la fiabilité du vendeur à travers les commentaires publiés et les étoiles décernées par les clients ayant déjà acquis un article auprès de ce dernier. Le seller score est une note attribuée par Jumia qui prend en compte plusieurs critères, comme la qualité du produit, les délais de livraison, le nombre de produits rejetés… Par ailleurs, il est important de noter que les clients ont la possibilité de retourner le produit si celui-ci n’est pas conforme ou s’ils ont changé d’avis. Avec un remboursement à la clé.

Vous avez fait votre entrée dans la bourse en avril dernier, qu’est-ce qui vous y a encouragé ?

Nous sommes une entreprise privée depuis sept ans et ouvrir notre capital au public présente beaucoup d’avantages pour nous. Cela va nous permettre de renforcer la confiance de nos consommateurs, en particulier ceux qui ne sont toujours pas à l’aise avec le e-commerce, d’accroître notre notoriété et de recruter plus de vendeurs sur Jumia. En effet, aujourd’hui de nombreux vendeurs ou partenaires ne nous connaissent pas encore et nous souhaitons leur donner l’envie et les raisons de nous rejoindre. Notre but est d’être aussi plus attractifs pour recruter et fidéliser les meilleurs profils.

Suite à votre entrée en bourse, un rapport de Citron Research accuse Jumia de falsification de chiffres, quelle est votre réaction après la publication de ce rapport et quelles sont les répercussions sur la filiale Maroc ?

De récentes allégations concernant Jumia ont été formulées sur la base de faits choisis, partiaux ou non vérifiés, avec pour objectif clair de porter atteinte à l’image de Jumia. Nous avons tenu une conférence téléphonique le lundi 13 mai dernier au cours de laquelle nous avons dévoilé nos résultats du premier trimestre, des chiffres dont nous sommes très satisfaits. De plus, nous avons présenté des informations démontrant que ces allégations sont fausses.

Nous nous en tenons aux informations que nous avons fournies dans notre prospectus, et qui décrivent avec précision nos activités et les risques associés. Nous sommes très enthousiastes concernant nos perspectives. Nous ne nous laisserons pas distraire ni éloigner de notre stratégie et de notre mission par des personnes qui cherchent à semer le doute afin d’en tirer profit. En mars, le BCG a publié un rapport expliquant que les marketplaces étaient créatrices d’emploi en Afrique et qu’elles devraient en générer 3 millions d’ici 2025. Nous croyons beaucoup à l’impact positif de la technologie et de Jumia sur le continent.

Propos recueillis par Dounia Z. Mseffer