Le site d'information de la CFCIM
32%95888_eco_19-06-2017_p25.qxp

Entretien avec Hicham Benbella

Date de publication : 20 mai 2019 Rubrique : Zoom

Entretien avec Hicham Benbella, Client Technical Leader chez IBM

« Les grandes entreprises marocaines doivent faire évoluer leur mentalité »

Où en est IBM en matière d’intelligence artificielle ?

La recherche et les théories autour de l’intelligence artificielle (IA) existent depuis longtemps, mais, ce qui est nouveau, c’est que nous avons la puissance de calcul nécessaire pour pouvoir les concrétiser. IBM s’y intéresse particulièrement depuis le milieu des années 2000, avec la naissance du programme Watson. Ce dernier a eu pour premier défi de remporter le jeu Jeopardy face à des humains ! Aujourd’hui, l’intérêt est de mettre à la disposition du public, et notamment des entreprises, l’ensemble de ses fonctionnalités via le cloud.

Comment cette IA peut-elle réellement soutenir les entreprises ? 

L’IA de Watson se divise en plusieurs services qui peuvent aider les entreprises à progresser. Ils se composent en six grands axes :

– la parole, avec la reconnaissance vocale pour la transformer en texte ;

– la vision, c’est-à-dire la reconnaissance visuelle pour analyser des images ou de la vidéo ;

– le langage, avec la partie traduction ou encore la classification de documents en fonction des contenus ;

– l’empathie, qui permet de décrypter la personnalité et la tonalité d’un individu à partir d’un texte qu’il a écrit – ou qui a été retranscrit, ce qui peut être très utile pour un service client ;

– la conversation pour programmer des agents conversationnels tels que les chatbots ;

– la découverte, qui vise à analyser de nombreuses données pour trouver des corrélations entre elles et des extrapolations auxquelles on n’aurait pas pensé.

Concrètement, comment est-ce qu’on transforme ces six axes en applications pour les entreprises ?

Nous combinons ces approches pour créer des solutions adaptées aux problématiques professionnelles. Dans le domaine de l’IA, les entreprises ont généralement trois demandes : l’efficience opérationnelle, l’interaction avec ses publics et l’accès aux connaissances. Pour chacune d’elles, nous concevons des applications qui répondront précisément à la problématique du client. Pour l’efficience opérationnelle, il s’agit d’élaborer des modèles d’aide à la décision basés sur toutes les données disponibles concernant les précédents cas. Pour l’interaction, nous allons par exemple programmer des chatbots qui seront capables de converser en ligne avec les clients. Enfin, l’accès aux connaissances sera plus rapide et plus pertinent grâce aux applications prenant en compte de nombreux critères. Chaque application sera ensuite entraînée avec les données de l’entreprise pour pouvoir être de plus en plus performante.

Quels sont les secteurs où cela s’applique ?

Tous les secteurs peuvent être concernés. Par exemple, il existe déjà de nombreuses applications pour gérer la relation client et soutenir le marketing. Il y a aussi beaucoup d’intérêt dans les domaines financiers, l’éducation ou encore la santé. Nous pouvons également citer l’utilisation des objets connectés qui créent énormément d’opportunités…

Au Maroc, où en sont les grandes entreprises sur ce sujet ?

Actuellement, au Maroc, les grandes entreprises sont encore réticentes à utiliser le cloud, surtout lorsqu’il y a beaucoup de données à traiter. Elles sont souvent inquiètes pour les données personnelles et nous devons leur expliquer qu’elles ne sont pas nécessaires pour entraîner l’IA : nous pouvons les anonymiser avant de les envoyer. Il faut également faire preuve de beaucoup de pédagogie pour rassurer sur la sécurité et démontrer que les coûts sont flexibles, donc raisonnables. Enfin, nous devons expliquer que les modèles d’IA fonctionnent avec des business cases, c’est-à-dire qu’il y aura réellement un résultat et un gain pour l’entreprise !

Et les PME qui sont loin de l’IA, que peut-on leur recommander ?

Il y a aussi beaucoup d’opportunités pour les PME et elles devraient s’y intéresser de près, d’autant que les coûts ne sont pas forcément importants. Par exemple, en dessous d’un certain seuil, l’utilisation de nos outils, via notre cloud, est gratuite. Il suffit de les tester en suivant les tutoriels, sans aucune autre démarche. C’est une excellente occasion pour découvrir nos solutions IA et voir si elles peuvent être avantageuses pour son entreprise.

Propos recueillis par Thomas Brun