Le site d'information de la CFCIM
spa

Le bien-être, une industrie en pleine croissance

Date de publication : 15 janvier 2019 Rubrique : Zoom

Considérée comme l’un des secteurs les plus importants et les plus dynamiques à l’international, l’industrie du bien-être représente désormais 5,3 % de la production économique mondiale. Elle pèse 4,2 milliards de dollars et constitue plus de la moitié des dépenses mondiales totales de santé (7,3 milliards de dollars). Zoom sur un secteur en pleine effervescence.

Selon la dernière étude publiée en octobre 2018 par le Global Wellness Institute, le secteur du bien-être est maintenant une industrie mondiale qui génère 4,2 milliards de dollars. Ce marché, qui se développe presque deux fois plus rapidement que l’économie mondiale, a connu une croissance de 12,8 % entre 2015 et 2017, passant d’un montant de 3,7 milliards de dollars en 2015 à 4,2 milliards de dollars en 2017.

Parmi les dix secteurs analysés pour la période 2015-2017, les leaders en termes de croissance des revenus (par an) sont l’industrie du spa (9,8 %) et le tourisme de bien-être (6,5 %). Le

premier segment comprend les revenus générés par les établissements de spa (77,6 milliards de dollars) ainsi que par les activités de formation, de consulting, les associations, les médias et l’évènementiel (21 milliards de dollars). En 2015, il avait atteint 98,6 milliards de dollars et le nombre d’établissements s’élevait à 121 595 contre 105 591 en 2013. Pour sa part, le secteur des sources thermales et minérales, employant 1,8 million de travailleurs, connaît également une forte croissance pour totaliser 56,2 milliards de dollars en 2017 (51 milliards de dollars en 2015). Le nombre d’installations thermales est passé de 27 507 (dans 109 pays) à 34 057 (dans 127 pays).

Le spa, un concept de plus en plus populaire au Maroc

Au Maroc, ce marché qui était encore timide il y a quelques années, commence aujourd’hui à prendre beaucoup d’ampleur. Les ouvertures de centres de spa se multiplient et de nouveaux concepts font leur apparition. La Maison d’ASA, créée en 2007, fait partie des pionniers dans en la matière. La fondatrice de cette première marque de spa 100 % marocaine est Asma El Mernissi qui a travaillé pendant plus de 20 ans dans le secteur du tourisme, de l’hôtellerie et du luxe. « Mon expérience dans le domaine m’a démontré que le terroir arabe, marocain et maghrébin constitue la principale source d’inspiration des marques cosmétiques de spa. L’idée m’est alors venue de rendre hommage à nos origines de manière digne, en mettant en avant la qualité et la richesse des soins. Actuellement, nous sommes présents sur le marché local, mais aussi à l’étranger avec des partenaires internationaux de référence tels que le Sofitel Marrakech, le Namaskar, le Fairmont Marrakech, le Four Seasons à Tunis… On peut également nous trouver en Europe, au Japon, au Moyen-Orient, etc. », explique la Directrice Générale de Maison d’Asa. Les investissements engagés se chiffrent à 15 millions de dirhams (y compris l’aménagement du Spa, la création du concept avec ses soins et sa gamme de produits…) et impliquent une stratégie de développement à long terme qui a fini par payer. Aujourd’hui, la Marque Maison d’ASA connaît un grand succès au Maroc, mais aussi à l’international puisqu’elle a été primée à trois reprises.

En effet, Asma El Mernissi a dès le départ misé gros pour offrir à ses clients la meilleure prestation. « Notre marque se caractérise par son concept qui raconte l’histoire d’une maison où les portes se déclinent en destinations, Maroc, Tunisie, Asie, Arabie… (…) Nous avons ainsi développé une gamme de produits cosmétiques organiques de grande qualité qui est fabriquée en France et qui a subi tous les tests réglementaires européens », affirme-t-elle. L’innovation est également primordiale. Maison d’ASA propose donc un « menu » large et diversifié, et surtout exclusif pour chaque partenaire hôtelier avec qui la marque travaille. La formation continue des praticiens est aussi très importante pour Asma El Mernissi qui n’hésite pas à y allouer un budget annuel de 200 000 dirhams.

« Nous avons une chance immense, car la planète entière est un marché potentiel pour nous et les recettes de beauté maghrébines connaissent un succès grandissant dans le monde.

Le Maroc dispose d’un savoir-faire historique dans le domaine du bien-être. La tradition du hammam ou les produits de beauté naturels tels que l’huile d’argan ou le ghassoul s’exportent aujourd’hui dans le monde entier.

Il ne nous reste donc qu’à travailler, relever les défis et raviver notre patrimoine de recettes traditionnelles de beauté pour faire voyager le client dans notre culture ancestrale de bien-être et promouvoir nos origines », insiste Asma El Mernissi.

Un autre exemple de spa qui a réussi à tirer son épingle du jeu malgré la forte concurrence qui existe dans le domaine est Gaïa Spa, créé en 2013, qui compte une dizaine d’employés et qui propose des prestations liées aux hammams, massages, esthétique et coiffure, avec une clientèle principalement constituée de femmes (plus de80%)etdeCSPAetB.«J’aitoujoursété fasciné par le domaine du bien-être avec forcément un regard orienté client vu que je suis un grand consommateur de bien-être, et j’avais aussi cette soif d’entrepreneuriat qui ne cessait d’illuminer mon quotidien et c’est ce qui m’a poussé à investir dans ce secteur. », explique Amine Sefiani, fondateur de Gaïa Spa.

« Mais effectivement, c’est un domaine très concurrentiel (…). Il n’y a pas de miracle ! Pour se faire sa place dans un marché, il faut d’abord qu’il y ait de la demande, il faut également offrir des prestations de qualité et, enfin, il faut du temps et de la patience », ajoute-t-il. D’après lui, l’investissement de départ était conséquent, car tributaire du niveau de service et de la clientèle ciblée. Comme Maison d’ASA, Amine Sefiani est conscient que la formation de ses équipes est essentielle surtout lorsque l’on sait que le turn-over est élevé dans le domaine. Aussi, une enveloppe budgétaire importante y est dédiée en vue de motiver et fidéliser le personnel.

Un incontournable de l’offre hôtelière de luxe

Face à un secteur en pleine effervescence, les hôtels ont investi ce marché et le spa est devenu désormais un argument de vente indissociable de l’offre hôtelière. Le Groupe Accord a, par exemple, reçu dernièrement de nombreuses distinctions internationales. Le Sofitel Agadir Thalassa Sea & Spa a en effet été sacré meilleur hôtel de luxe bien-être en Afrique en 2018. Le Sofitel Marrakech Lounge and Spa a quant à lui remporté plusieurs récompenses dont celle du plus bel hôtel Spa du Maroc, décerné par les World Luxury Hotel Awards, ainsi que le Prix Best Luxury Wellness Spa et le Prix Best Luxury Day Spa par les World Luxury Hotel Awards. Le Sofitel Marrakech Lounge & Spa s’est également vu attribuer quatre distinctions par la Haute Grandeur Global Awards : le Best Spa Hotel in Morocco, le Best Spa Retreat in Morocco, le Best Destination Hotel in Morocco et le Best Honeymoon Hotel in Morocco.

En 2017, c’est le Spa Ô de Rose de l’hôtel Mövenpick Mansour Eddahbi Marrakech qui s’est illustré en tant que « Meilleur Spa d’hôtel de luxe » d’Afrique ainsi que « Meilleur Spa de luxe » au Maroc. Cette récompense a été décernée par le jury du Prix World Luxury Spa Awards 2017. Ce classement reconnu au niveau mondial offre aux spas de renom l’opportunité de concourir pour mettre en avant l’excellence de leur service, mais aussi la qualité de leurs installations en se soumettant au vote du public et des professionnels du secteur du tourisme.

Du côté des stations thermales, la plus connue au Maroc est le complexe de Moulay Yacoub, qui a rouvert ses portes en juin 2018. L’établissement qui s’étend sur 4 000 m2 propose notamment un programme alliant thermalisme et tourisme à Fès.

Le Royaume compte de plus en plus de spa, dont beaucoup sont implantés dans les hôtels de luxe.

Côté infrastructures, le centre dispose entre autres d’une grande piscine extérieure chauffée et dotée d’équipements de loisirs et de relaxation, ainsi que de plus de 50 cabines de soins.

Fruit d’un partenariat entre le Groupe CDG (à travers sa filiale Cothermy) et la société Vichy Spa International, ce projet qui a mobilisé un investissement de près de 220 millions de dirhams promet un bel essor pour la petite localité, spécialisée désormais dans cette nouvelle niche du tourisme de santé et de bien-être. Un marché sur lequel le Maroc a bien l’intention de se positionner, nourrissant l’ambition de devenir la première destination mondiale du bien-être.

Le Maroc, destination bien-être

Le pays jouit en effet d’un cadre idéal et d’un bon climat et dispose également d’une riche tradition dans le domaine des soins du corps. Le hammam marocain, l’huile d’argan ou encore l’huile de figue de barbarie sont très réputés à l’international. Le Maroc a ainsi tous les atouts pour se positionner sur ce marché. De ce fait, le tourisme du bien-être et le tourisme médical figurent parmi les six programmes structurants de la Vision 2020. D’après une étude du Global Wellness Institute publiée en 2017 lors de l’Arabian Travel Market qui se tient à Dubaï, le Maroc s’est classé 2e dans le secteur du tourisme de bien-être dans la zone MENA, après les Émirats arabes unis. Avec 2,5 millions de voyages en 2015 (le record de la région), ce marché a généré 15 milliards de dirhams, précise l’institut.

SPA2En matière de spa, le Royaume est le pays qui compte le plus grand nombre d’établissements (1 785), mais se positionne à la troisie place en ce qui concerne les rentrées financières (2,4 milliards de dirhams). Ce segment emploierait plus de 13 700 personnes. En outre, l’institut a recensé 11 sources thermales dont les activités ont produit plus de 130 millions de dirhams. Au total, le tourisme de bien-être a généré 8,5 millions de voyages dans la région (+10 % entre 2013 et 2015) pour 8,6 milliards de dollars de revenus (+6 %). Pour promouvoir la destination Maroc, le pays accueille depuis plusieurs années de nombreuses foires et salons internationaux. En avril 2018 s’est tenu le premier salon international du bien-être, le « Marrakech Wellness Expo », dont la deuxie édition est prévue pour mars 2019. L’objectif étant de créer une vitrine à l’international, un espace de rencontre des acteurs du bien-être et, enfin de développer, structurer et monter en compétence l’ensemble du secteur. En 2014, le Maroc a même abrité le Global SPA & Wellness Summit à Marrakech, un événement qui rassemble chaque année les leaders et les visionnaires de l’industrie mondiale du spa et du bien-être. La rencontre a été organisée par la Société Marocaine d’Ingénierie Touristique (SMIT) en vue d’asseoir le développement de produits de niche à forte valeur ajoutée, axés sur le bien-être et la santé.

Par ailleurs, depuis deux ans maintenant, le Maroc a décroché le prestigieux Award « Africa’s Best Spa Destination », remis par le World Spa Awards, grâce à ses stations thermales, ses spas et ses installations modernes de luxe proposant une large gamme de soins corporels et de massages. Le Royaume est classé 39e au niveau mondial pour son écosyste autour du bien-être, intégrant petits centres, hammams et grands centres, environ 1 700 spas et employant près de 12 000 personnes.

Dounia Z. Mseffer