imprimer

COVID-19: NOS EXPERTS RÉPONDENT A VOS QUESTIONS

Logistique
Rubrique8-v2
Est-ce que les frontières sont ouvertes au Mali, en Burkina Faso et au Niger, pour une livraison par voie terrestre ?

Veuillez trouver ci-après la réponse de notre expert logistique, Monsieur Benoît Biard, Directeur Général d’UPS Maroc :
« Concernant la circulation de marchandises à l’international et au Maroc, il n’y a aucune restriction. Le domaine du transport a été décrété essentiel dans la quasi-totalité des pays. Seuls les masques et autres produits médicaux essentiels pour le traitement de la crise sont bloqués à l’export par les autorités. A l’inverse, il n’y aucune restriction à l’import de ces mêmes matériels.

Par ailleurs, les capacités aériennes sont actuellement très réduites (en raison de l’arrêt des vols passagers) ce qui peut engendrer quelques retards. De même, pour le transport routier qui peut connaître quelques disruptions relatives à des contrôles ou du personnel absent. Cependant, il n’y a rien de significatif à signaler. Le fret maritime se maintient.

En revanche, les liaisons inter-villes à l’intérieur du Royaume peuvent également connaître quelques perturbations, mais aucun blocage ou cessation de flux.

Aucune procédure sanitaire nouvelle n’a été instaurée les autorités. Cela dit, toutes les entreprises ont mises en place des PCA (Plan de Continuité d’Activité qui, cumulés les uns aux autres, apportent un haut niveau de sécurité. »

Veuillez trouver également ci-joint une note du Ministère de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau.

Nous avons un acteur Majeur du milieu de la Pêche qui est intéressé par nos produits et voudrait les essayer. Nous sommes prêts à lui envoyer quelques tests et le matériel nécessaire ( valeur globale de 800 €) à titre d’échantillon pour essai. Mais nous avons peur qu’ils soient bloqués en douanes : aura-t-il besoin d’une autorisation d’importation pour faire rentrer ces matériels s’ils sont à valeur Zero ?

Nous vous transmettons la réponse de notre expert, Monsieur Benoît Biard, Directeur Général d’UPS Maroc :

Afin de vous répondre le plus précisément possible, nous devons connaître :
- La nature de la marchandise afin de connaître les éventuelles autorisations qu’il faudrait obtenir (MCIA, ANRT, ONSSA,…)
- La nomenclature douanière (HS code)
- Le poids est aussi important car il peut, lorsqu’il est élevé, déclencher des droits et taxes
- La valeur. C’est l’expéditeur qui a la responsabilité d’indiquer la valeur. Celle-ci pourra déclencher des droits et taxes et, en cas d’incohérence, la douane fera passer la marchandise au bureau de valeur en charge d’estimer la valeur des biens importés. À noter qu’une valeur de marchandise ne peut être de zéro.

Dans tous les cas, ces démarches sont des démarches administratives courantes et ne sont pas – a priori - des causes de blocage dans le contexte actuel.

Dernière mise à jour : 13 avril 2020