Le site d'information de la CFCIM
Narjis Hilale

Entretien avec Narjis Hilale

Date de publication : 21 mai 2019 Rubrique : Zoom

Entretien avec Narjis Hilale, Professeure à l’International University in Geneva

« Le système d’éducation tel que nous le connaissons aujourd’hui est obsolète. »

La 4révolution industrielle devrait aussi être celle de l’emploi : à quel impact faut-il s’attendre ?

Tous les spécialistes prédisent un impact sur l’emploi, quels que soient le domaine d’expertise et le niveau de compétences : il y aura bien évidemment des suppressions ainsi que des créations d’emplois. D’après The Institute For The Future, 85 % des emplois en 2030 n’existent pas encore aujourd’hui. Par conséquent, il est important de comprendre si nous disposons de la formation ainsi que des savoir-faire nécessaires pour les emplois de demain.

Comment se préparer et se former pour mieux appréhender le futur ?

Le système d’éducation tel que nous le connaissons aujourd’hui est obsolète et ne contribue pas à nous préparer aux métiers de demain ni à la structure du travail qui sera en place dans le futur. Il est donc essentiel de se former sans cesse, de ne pas se reposer sur un diplôme, un emploi, mais de continuer à apprendre afin de s’adapter aux changements à venir. Mais il est aussi important de se différencier des robots et de capitaliser sur ce qu’on appelle les « soft skills » ou compétences transversales comme l’intelligence émotionnelle, l’empathie, la créativité, l’adaptation ou encore l’esprit critique. L’objectif est qu’il y ait une complémentarité entre l’humain et la machine, et non pas que la machine domine l’humain.

L’intelligence artificielle représente-t-elle également une opportunité pour améliorer le monde du travail, et notamment l’égalité homme-femme, objet de votre dernier ouvrage* ?

Bien sûr, l’intelligence artificielle pourrait avoir pour vocation d’améliorer le monde du travail, et, qui plus est, l’égalité homme- femme si elle est utilisée à bon escient. Le World Economic Forum prédit que la parité de genre dans le travail sera atteinte dans 202 ans. Aujourd’hui, la plupart des initiatives mises en place en faveur de la parité des genres dans le monde professionnel sont développées dans le contexte professionnel actuel, alors que la structure même de l’emploi de demain sera certainement différente. Étant donné que les nouvelles technologies évoluent de manière exponentielle, alors que le cerveau humain est habitué à des évolutions linéaires, nous avons tendance à sous-estimer l’impact de cette révolution industrielle. Donc, les deux questions essentielles que nous devons nous poser actuellement sont les suivantes : si l’évolution des nouvelles technologies est exponentielle, est-ce que les initiatives sur la parité de genre au travail seront encore d’actualité demain ? Àprésent, nous pensons parité homme- femme, mais demain probablement, penserons-nous humain-robot ?

Puisque l’intelligence artificielle s’écrit avec les algorithmes d’aujourd’hui, comment intégrer cette problématique ?

Le fondement même des algorithmes est la data : les données sont l’input qui est injecté dans l’algorithme et qui va permettre d’obtenir un output. Toutefois, le monde actuel est biaisé, donc les données que nous injectons dans les algorithmes sont par définition biaisées. Il est essentiel de filtrer les informations que nous intégrons dans les algorithmes, afin qu’elles représentent non pas le monde d’aujourd’hui, mais celui que nous souhaitons créer, un monde plus égalitaire. Énormément d’initiatives sont développées pour corriger les biais actuels dans les algorithmes. Cependant, l’univers de la STEM (Science Technology Math Engeneering) est encore majoritairement dominé par les hommes, et il y a peu de femmes. Pour parer à cette problématique, les femmes doivent faire partie intégrante du débat et de la prise de décision, afin que les algorithmes de demain ne reproduisent pas ces biais.

 

Trousse de survie de la femme en entreprise, Narjis Hilale, 2018.

 

 

Propos recueillis par Thomas Brun

Narjis Hilale est professeur à l’International University in Geneva, où elle enseigne la Stratégie et le Marketing. Elle est également conférencière, consultante et executive coach pour les femmes. Durant 15 ans, elle a occupé des postes de responsabilité au sein de grandes entreprises multinationales et Organisations Internationales, telles que Procter& Gamble, Shell, Vivendi, JTI, SingTel et l’OMPI. Passionnée par l’Intelligence Artificielle et son impact sur la société, elle a animé une conférence TEDx sur ce sujet et participé au forum de l’UNESCO sur l’Intelligence Artificielle en Afrique.

 

 

1763
articles publiés