Le site d'information de la CFCIM
chaine humaine

Des classes moyennes fortes pour une économie émergente

Date de publication : 25 mars 2019 Rubrique : Zoom

La croissance des pays émergents favorise l’expansion rapide de leur classe moyenne qui va à son tour encourager la croissance.

Le Maroc, selon la Banque mondiale, est un pays à revenu intermédiaire de tranche inférieure. L’institution publie un historique depuis 1987 : le Royaume figurait déjà, cette année-là, dans cette catégorie. En 2019, cela signifie que son Revenu National Brut (RNB) par habitant se situe entre 996 et 3 895 dollars. Sa croissance, qui stagne autour de 3 à 4 % depuis une décennie ne lui permet donc pas d’entrer dans le club fermé des économies émergentes.

Cette notion de « pays émergent » reste assez floue. Elle est utilisée pour évoquer les pays censés être sur la bonne voie pour atteindre, à terme, le groupe des « pays avancés » (ou « pays développés ») tels que le Brésil, l’Inde ou encore la Chine qui ont connu, récemment, une expansion remarquable de leur économie accompagnée d’un développement rapide la classe moyenne.

D’un point de vue économique, la croissance augmente les revenus au sein de la population, ce qui permet d’alimenter la consommation, qui favorise à son tour la croissance. En 2013, l’étude du cabinet EY, « Hitting the sweet spot », décrivait l’existence d’un « sweet spot », c’est-à-dire un moment où l’essor de l’économie autorise l’émergence d’une classe moyenne suffisamment grande pour que ses membres génèrent eux-mêmes de la croissance grâce à leur consommation.

Les classes moyennes, support de la consommation et de la croissance

« Pour les économistes, le sweet spotde la croissance intervient lorsque les gens sortent de la pauvreté et entrent dans la classe moyenne par millions. Mais pour les entreprises, un sweet spotplus intéressant apparait quand un nombre conséquent de personnes commencent à gagner l’équivalent de 10 $ par jour […]. À ce moment-là, les habitudes de consommation devraient attirer l’attention des entreprises accoutumées à fournir les marchés de classes moyennes des économies développées », expliquent les auteurs. Ils prennent l’exemple du marché automobile chinois qui totalisait moins d’un million de ventes en 2001. En 2008, le revenu par habitant atteint 6 000  dollars en Chine. Un an plus tard, les ventes d’automobiles dépassaient les 10 millions.

« Les pays qui arrivent à maintenir, sur une longue durée, une croissance d’au moins 4 à 4,5 % engendrent un marché intérieur suffisamment important », indique l’Économiste Larabi Jaidi, Senior Fellow du Policy Center for the New South. La capacité de dépense augmente, les opportunités d’investissement se multiplient. « Si le pays parvient aussi à réaliser une transformation sociale, il crée une classe de salariat. Cela signifie donc que l’économie s’est diversifiée. Le pays quitte donc une économie primaire basée sur l’exportation des matières premières, l’agriculture, pour adopter une économie secondaire, qui génère à son tour des services », souligne Larabi Jaidi.

Ces évolutions modifient alors fondamentalement la société en question et la classe moyenne peut ainsi devenir le vecteur de profondes transformations sociales, sur le plan des valeurs, des habitudes culturelles ou encore des comportements politiques.

En 2009, dans sa présentation de l’étude du Haut-Commissariat au Plan sur les classes moyennes, le Haut-Commissaire au Plan Ahmed Lahlimi Alami estimait d’ailleurs que les classes moyennes « sont de plus en plus, perçues comme un facteur déterminant de la croissance économique, de la stabilité sociale et du progrès culturel. »

Cette place centrale acquise par les classes moyennes développe de fortes attentes de leur part. La question des disparités devient alors primordiale. Selon Larabi Jaidi, « un pays ne peut émerger que s’il consolide les classes moyennes en réduisant les inégalités d’un côté et en redistribuant la richesse par l’inclusion sociale dans l’activité, dans les emplois et dans l’accès à des services privés et publics ».

Rémy Pigaglio

 

 

 

 

1763
articles publiés