Le site d'information de la CFCIM
Industrie automobile

Bonnes performances du secteur automobile en 2018

Date de publication : 13 février 2019 Rubrique : Echos Maroc

Les ventes de véhicules neufs ont augmenté de 5,2 % au Maroc en 2018, avec à leur tête le Groupe Renault qui reste largement leader. La production poursuit quant à elle sa montée en puissance.

L’année 2018 a été un bon cru pour le secteur automobile au Maroc. L’AIVAM (Association des Importateurs de Véhicules Automobiles Montés) a dévoilé, en janvier dernier, les chiffres des ventes sur le marché interne. 177 359 véhicules ont été ainsi écoulés en 2018 contre 168 593 en 2017, soit une hausse de 5,2 %.

Le Groupe Renault, une fois de plus, domine largement. Sa marque économique Dacia détient 29,53 % de part de marché et Renault, 14,14 %. Suivent Volkswagen (7,24 %), Peugeot (6,94 %), Hyundai (6,06 %), Fiat (5,25 %), Ford (4,51 %), Citroën (4,59 %) et Nissan (4,13 %).

Parmi les constructeurs (totalisant plus de 1 500 exemplaires) qui affichent une belle progression, Land Rover tire son épingle du jeu (2 483 voitures vendues, +95,97 % par rapport à 2017), mais également Opel (1 953, +62,61 %), Jeep (1 588, +39,3 %), Toyota (5 108, +38,09 %), Fiat (8 564, +34,19 %) ou encore Citroën (7 483, +22,53 %). Ford (7 359, -38,81 %) et Kia (405, -79,33 %) signent les reculs les plus importants.

Ainsi, si les prouesses à l’export du secteur automobile marocain ont été remarquées ces dernières années, le marché interne est donc aussi porteur, même s’il reste de taille limitée. Renault Maroc a d’ailleurs indiqué en janvier dans un communiqué que ses ventes au Maroc en 2018 avaient été « la meilleure performance de son histoire avec 75 418 unités soit une hausse de 6,9 % par rapport à 2017 ». Le modèle Dacia Logan est le plus prisé : il s’en est écoulé 13 280.

Outre sa position de leader des ventes, le Groupe Renault occupe au Maroc une place de choix grâce à son usine Renault Tanger Med et, dans une moindre mesure, l’usine SOMACA de Casablanca. En tout, 402 082 véhicules ont été produits en 2018, dont 318 653 à Tanger et 83 429 à Casablanca. 94 % de la production du site de Tanger sont exportés et 69 % de celle de la SOMACA.

Signe supplémentaire que l’entreprise française mise sur le Maroc, elle a annoncé en octobre dernier qu’elle doublerait la capacité de l’usine SOMACA  – qui fabrique des véhicules Renault depuis 1966 – soit 160 000 unités d’ici 2022.

« L’établissement de l’industrie automobile dans le Royaume peut être attribué au soutien du gouvernement, qui se matérialise notamment par des mesures incitatives de l’État, et une position géographique favorable qui permet la connexion à 37 ports dans 21 pays », soulignait l’Oxford Business Group dans son « Rapport 2018 » sur le Maroc. Dans ses résultats préliminaires pour 2018, l’Office des Changes a indiqué que le secteur automobile avait exporté plus de 65 milliards de dirhams, ce qui représente une hausse de 10,7 %.

Encouragée par le Plan d’Accélération Industrielle porté par le Ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Économie Numérique, Moulay Hafid Elalamy, la production marocaine d’automobiles devrait encore monter en puissance dans les prochaines années. Le site du Groupe PSA de Kénitra devrait ouvrir ses portes d’ici quelques mois et assembler 100 000 véhicules. En septembre dernier, l’entreprise française a annoncé qu’elle étendrait cette production à 200 000 unités dès 2020. Fin 2017, le Groupe chinois BYD signait aussi un accord pour implanter notamment une usine de voitures électriques au Maroc, même si aucune date n’a été fixée pour l’instant.

 

Rémy Pigaglio

 

1741
articles publiés