Le site d'information de la CFCIM
pollution

La COP 24 débouche sur un accord en demi-teinte

Date de publication : 9 janvier 2019 Rubrique : Initiatives durables

Presque 200 pays de la planète étaient réunis début décembre dernier à Katowice, en plein bassin minier polonais, pour adopter les règles d’application de l’Accord de Paris, signé à l’issue de la COP 21 en 2015. Le 15 décembre 2018, après des jours de négociations éreintantes, il est donc devenu applicable, mais les ONG et les pays les plus vulnérables n’ont pas caché leur déception. Ils espéraient notamment une mise à jour des engagements des États. Il y a quelques semaines, les scientifiques du GIEC ont lancé une alerte : si la température augmentait de 2 °C (objectif minimal de l’Accord de Paris), les effets seraient catastrophiques. Ils prônent ainsi des mesures permettant de limiter la hausse à 1,5 °C, ce qui impliquerait de réduire les émissions de COde 50 % par rapport au niveau de 2010 d’ici 2030. Les États « ont fait des progrès, mais ce que nous avons vu en Pologne c’est un manque fondamental de compréhension de la crise actuelle », estime Manuel Pulgar-Vidal, du WWF, relayé par l’AFP, rappelant que le GIEC donne seulement 12 ans pour agir. Les producteurs de pétrole, notamment les États-Unis, ont bataillé afin de prendre le moins possible en compte les conclusions du GIEC. Les pays se sont mis d’accord pour que la COP 25 se déroule au Chili en novembre 2019.