Le site d'information de la CFCIM
LGV

Inauguration de la LGV Tanger-Casablanca

Date de publication : 22 novembre 2018 Rubrique : Echos Maroc

Le Président de la République Emmanuel Macron est venu au Maroc pour quelques heures le jeudi 15 novembre dernier pour inaugurer, en compagnie de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, la Ligne à Grande Vitesse (LGV) Tanger-Casablanca. Après une courte cérémonie dans la nouvellegarede Tanger, les deux chefs d’État ont déjeuné à bord du train, avant d’arriver à Rabat. Ils ont pu visiter la station ferroviaire de Rabat-Agdal, quasiment achevée.

Lancée en 2007 par Nicolas Sarkozy et Mohammed VI, c’est la première ligne à grande vitesse du continent africain. Baptisé Al Boraq, le train filera à 320km/h sur les 200 kms séparant Tanger de Kénitra, puis empruntera la voie classique jusqu’à Casablanca via Rabat. Il reliera Tanger à Casablanca en à peine 2 heures et 10 minutes, un trajet effectué actuellement en près de 5 heures.

Le lendemain de l’inauguration, le Directeur Général de l’ONCF, Mohamed Rabie Khlie, a révélé que la mise en service commerciale aurait lieu le 26 novembre 2018. Les trois premiers jours, les voyages seront gratuits. Mohamed Rabie Khlie a aussi dévoilé les tarifs pour le nouveau train, qui vont varier selon différents critères de yield management. Un billetCasablanca-Tanger coûtera par exemple entre 149 et 224 dirhams. Des tickets pourront être achetés en promotion au prix de 99 dirhams.

La LGV a nécessité un investissement de 22,9 milliards de dirhams, financés à hauteur de 51 % par la France. Inaugurée avec trois ans de retard, elle va relier les deux pôles économiques les plus dynamiques du Royaume. Réunies dans un collectif Stop TGV, des associations avaient néanmoins critiqué son coût, estimant que cet investissement n’était pas prioritaire.

De nombreuses entreprises françaises ont participé aux travaux, lancés en 2011 : le consortium Colas Rails-Egis Rail pour les voies et caténaires, le groupe Cegelec pour les sous-stations électriques, le consortium  Ansaldo-Ineo pour la signalisation et les télécoms. La SNCF était de son côté assistant à la maîtrise d’ouvrage auprès de l’ONCF. Les 12 rames qui parcourront la ligne sont des Euroduplex d’Alstom. Un institut de formation ferroviaire a aussi été mis en place par l’ONCF et la SNCF à Rabat pour former les encadrants des deux organisations. La maintenance de la LGV est assurée par l’Atelier de Tanger, crééconjointement par l’ONCF et la SNCF.