Le site d'information de la CFCIM
Laayoune 1

Forum d’Affaires Maroc-France à Laâyoune : succès sur toute la ligne !

Date de publication : 13 novembre 2018 Rubrique : Actus CFCIM

De nombreux chefs d’entreprise français et marocains, des institutionnels, des personnalités politiques…, tous ont répondu présents lors de la 3e édition du Forum d’Affaires Maroc-France, placé sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, qui s’est déroulé les 3 et 4 novembre derniers à Laâyoune. Retour sur les principaux temps forts de cet évènement riche en symboles.

C’est la première fois que la ville de Laâyoune accueille un business forum d’une telle ampleur. C’est dire l’intérêt que portent les opérateurs économiques à la Région. Ce sont en effet plus de 300 participants et 150 entreprises qui se sont retrouvés à l’occasion du Forum d’Affaires Maroc France de Laâyoune. Nombreux étaient celles et ceux qui ont fait le déplacement depuis la France et les autres régions du Maroc.

Une Région dotée de nombreux atouts

Allocution de Sidi Hamdi Ould Errachid, Président du Conseil de la Région de Laâyoune-Sakia El Hamra.

Allocution de Sidi Hamdi Ould Errachid, Président du Conseil de la Région de Laâyoune-Sakia El Hamra.

Le coup d’envoi du Forum a été donné par le Président du Conseil de la Région de Laâyoune-Sakia El Hamra, Sidi Hamdi Ould Errachid, qui a déclaré : « La Région de Laâyoune est un pont entre le Maroc et son ancrage africain et marque ainsi le lien entre le Nord et le Sud ». Le Président du Conseil Régional a en outre expliqué que la promotion des opportunités locales auprès des investisseurs marocains et internationaux fait partie des chantiers prioritaires : « Au Conseil Régional de Laâyoune-Sakia El Hamra, nous avons veillé, depuis le début du mandat, à renforcer les liens et la coopération dans le but de développer l’économie de la région et d’attirer les acteurs économiques français et marocains. »

Laayoune 3

Allocution de Rkia Derham, Secrétaire d’État chargée du Commerce Extérieur auprès du Ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Économie Numérique.

Ce fut ensuite au tour de la Secrétaire d’État chargée du Commerce Extérieur auprès du Ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Économie Numérique d’intervenir. Rkia Derham a ainsi salué les avancées accomplies par le Royaume ces dernières années : « Grâce aux efforts combinés de l’État et du secteur privé, le Maroc a réalisé en huit ans un saut exceptionnel dans le classement Doing Business. Le pays est parvenu à développer l’économie nationale et à améliorer le climat des affaires, ce qui lui permettra un jour d’accéder au top 50 de l’économie mondiale. »

La Secrétaire d’État a aussi insisté sur le fort potentiel de la Région et sur son rôle en tant que hub vers l’Afrique : « La Région Laâyoune-Sakia El Hamra bénéficie d’une position exceptionnelle, d’un rayonnement international, en plus de sa place géostratégique. Elle est considérée comme la porte de l’Afrique et possède des ressources naturelles diverses telles que le phosphate, l’énergie solaire, les réserves halieutiques… (…) Elle est également dotée d’infrastructures importantes comme son réseau de transport, les nouvelles technologies… »

Laayoune 4

Allocution de Philippe-Edern Klein, Président de la CFCIM.

La séance inaugurale a été clôturée par l’allocution de Philippe-Edern Klein, Président de la CFCIM qui a notamment rappelé les atouts de la Région de Laâyoune-Sakia El Hamra qui « offre aux investisseurs des incitations et de nombreux avantages compétitifs, notamment dans le domaine du foncier, ou encore l’accès à un réservoir de ressources humaines qualifiées. »

Après avoir présenté la CFCIM ainsi que ses différents pôles d’activité, il a annoncé la signature de trois conventions, dont deux avec la Région, respectivement en vue de créer une antenne de l’EFA et un parc industriel à Laâyoune.

« J’ai la conviction que le décollage économique des Régions du Sud passera avant tout par le développement de leur tissu d’entreprises. (…) L’impulsion économique générée profite à toute la population, encourage l’entrepreneuriat et les activités génératrices de revenus, et permet d’autonomiser financièrement les foyers les plus défavorisés. », a-t-il déclaré en conclusion de son allocution.

Un Plan de Développement Régional ambitieux

Laayoune 5

Présentation du Plan de Développement Régional par Choukry Maghnouj, Fondateur du cabinet Arsen Consulting.

La matinée s’est poursuivie avec la présentation du Plan de Développement Régional par Choukry Maghnouj, Fondateur du cabinet Arsen Consulting, qui a tout d’abord rappelé les fondements du nouveau modèle économique marocain, ainsi que les avancées accomplies en matière d’investissements, d’industrialisation et de commerce extérieur. « Le modèle de développement et cette notion de hub vers l’Afrique sont la résultante d’une forte impulsion royale notamment à travers le discours de Sa Majesté du 40e anniversaire de la Marche Verte. Le contrat programme royal est un outil qui catalyse la transformation de ces territoires avec un engagement volontariste des pouvoirs publics pour développer la compétitivité et l’attractivité du territoire » a-t-il déclaré. Ce contrat programme royal, totalisant un montant de 44 milliards de dirhams, couvre l’ensemble des secteurs.

Choukry Maghnouj a ensuite donné quelques chiffres clés sur la Région de Laâyoune-Sakia El Hamra : un territoire qui s’étend sur environ 140 000 km2, 350 000 habitants, 140 000 hectares de surface agricole et des investissements publics représentant 30 % de l’enveloppe nationale à la fin du premier semestre 2018 avec plus de 3 000 emplois créés. La Région génère en outre 10 % de la variation annuelle du PIB marocain, ce qui la positionne comme d’une des locomotives de la croissance. Par ailleurs, afin d’améliorer la connectivité du territoire, de nouvelles liaisons aériennes vers les principales villes du Maroc ont été mises en place.

Poursuivant son exposé, le consultant a dévoilé le Plan de Développement Régional (PDR), doté d’une enveloppe budgétaire de 49 milliards de dirhams, dont la majeure partie est apportée dans le cadre du contrat-programme royal. Le reste relèvera de projets complémentaires et de conventions spécifiques pour un montant d’un peu plus de 6 milliards de dirhams.

Le but est d’abaisser le taux de chômage à 9 %, de créer 25 000 emplois à l’horizon 2022-2025, d’attirer 6 milliards de dirhams d’investissements privés et enfin de maitriser une assiette foncière de 1 500 hectares. « L’objectif du PDR est d’agir fortement sur l’employabilité et l’inclusion de la population », a souligné Choukry Maghnouj.

En ce qui concerne le volet de l’aménagement du territoire, il est prévu de développer trois principales zones. Le tripôle Laâyoune – El Marsa – Foum El Oued abritera plusieurs filières structurantes : la formation et l’innovation, la valorisation des produits agricoles, l’industrie chimique et para chimique ainsi que le tourisme. La partie littorale sera quant à elle consacrée à l’écotourisme et à la valorisation des produits de la mer. Enfin, l’arrière-pays sera dédié à l’agriculture et à l’élevage animal ainsi qu’à l’artisanat et au tourisme culturel.

Au total, le PDR représente un portefeuille de 140 projets offrant des opportunités d’affaires à toutes les catégories d’entreprises (PME, Grandes PME, TPE/ESS).
Ces projets couvrent des domaines très divers tels que la santé (CHU de Laâyoune), l’agriculture, l’aquaculture, l’éducation et la formation professionnelle, les énergies renouvelables, la mobilité rurale, la mise à niveau des communes urbaines et des infrastructures de transport (routes, aéroports…), l’industrie (développement du pôle industriel de Phosboucraa) ou encore les équipements hydriques (station de dessalement d’eau de mer).

À ce propos, Rkia Derham a déclaré lors d’une interview à l’AFP que « Plus de 17 milliards de dirhams, soit plus de 30 % de l’ensemble des investissements du Royaume, seront investis dans la Région. Cela représente un montant très important qui va permettre aux investisseurs de s’installer dans la Région de Laâyoune et de créer de la richesse et de l’emploi », avant de citer divers projets d’infrastructure tels que la construction de 1 200 kilomètres de route en double voie entre Dakhla et Tiznit (pour un investissement de 6 milliards de dirhams), le projet hydro-agricole de Jrifia dans la Province de Boujdour d’une superficie de 1 000 hectares, ou encore le port phosphatier d’OCP à Laâyoune qui a favorisé l’implantation d’un écosystème d’entreprises.

Signature des conventions : Yahdih Bouchaab, Wali de la Région de Laâyoune - Sakia El Hamra, Sidi Hamdi Ould Errachid, Président du Conseil Régional et Philippe-Edern Klein, Président de la CFCIM.

Signature des conventions : Yahdih Bouchaab, Wali de la Région de Laâyoune – Sakia El Hamra, Sidi Hamdi Ould Errachid, Président du Conseil Régional et Philippe-Edern Klein, Président de la CFCIM.

Trois conventions signées par la CFCIM

Parmi les moments forts du Forum d’Affaires Maroc-France à Laâyoune, la signature de trois conventions par la CFCIM. La première a porté sur la réalisation d’un éco-parc industriel de 40 hectares à Laâyoune, sur le site d’El Marsa. À l’instar des autres parcs de la CFCIM, le concept est de proposer aux entreprises des formules de location longue durée. Sidi Hamdi Ould Errachid assure que « la zone industrielle et logistique aura un impact positif sur la création d’emploi, ainsi que sur la résorption du chômage pour les jeunes de la Région. » La CFCIM sera chargée de l’aménagement, de la commercialisation et de la gestion du parc.

Le second partenariat concerne la création d’un campus qui accueillera l’École Française des Affaires (EFA), le Kluster CFCIM (programme d’incubation de startups) et le CEFOR Entreprises (centre de formation professionnelle continue de la CFCIM).

Par ailleurs, la CFCIM a conclu une troisième convention, cette fois-ci avec BMCE Academy, le centre de formation de BMCE Bank of Africa, en vue de mettre en place des actions de formation au profit des collaborateurs de la banque.

La Région de Laâyoune-Sakia El Hamra a en outre signé deux mémorandums d’entente en vue de lancer des programmes d’insertion et de formation aux métiers du numérique pour les jeunes, dont l’un avec DXC Technologies et l’autre avec Capgemini.

La Région de Laâyoune-Sakia El Hamra en chiffres

  • 140 000 km2
  • 350 000 habitants
  • 140 000 hectares de surface agricole
  • 49 milliards de dirhams d’investissement
  • 30 % des investissements publics nationaux à la fin du premier semestre 2018 avec plus de 3 000 emplois créés