Le site d'information de la CFCIM
BIM

BIM : une méthode pour bien maitriser son projet de construction dès la phase de conception

Date de publication : 26 juin 2018 Rubrique : Regards d'experts

Bertrand MénardBertrand Ménard, Responsable Développement OGER INTERNATIONAL MAROC


Retard de livraison, écarts de coûts, arrêt des travaux… les conséquences d’une mauvaise conception peuvent être très pénalisantes pour la réalisation des projets de construction. Le BIM (Building Information Modeling) permet de mieux maitriser les différents risques pouvant se présenter au cours du chantier
.

Les risques liés à une mauvaise conception concernent tous les intervenants du projet : la maitrise d’ouvrage bien entendu, mais également la maitrise d’œuvre et les entreprises qui veulent contrôler leurs dépenses et limiter les contentieux.

Quels sont les principaux risques ?

Dans le cadre d’un projet de construction, il existe trois principaux axes de vigilance :

  • La qualité, dans l’objectif de garantir un niveau de performance et de finition conforme au projet initial,
  • Le coût global, pour ne pas dépasser le budget prévisionnel,
  • Le délai, afin de livrer son ouvrage dans les temps, en évitant les relations conflictuelles avec l’utilisateur final et les pénalités de retard.

Dans le cas d’un écart sur la qualité, l’utilisateur peut tout simplement refuser la livraison de son bien. Un écart sur le coût global présente quant à lui un risque d’arrêt du chantier en raison d’un manque de trésorerie ou de rentabilité globale de l’opération. Enfin, les écarts en termes de délai causeront également un préjudice financier (pénalité de retard pour une commercialisation en VEFA, exploitant qui ouvre son établissement en retard, intervenants qui doivent prolonger leur activité dans des conditions difficiles…).

BIM 2logo OGER

Qu’est-ce que le BIM (Building Information Modeling) ?

Une conception bien maîtrisée permettra de lancer le projet dans les meilleures conditions possibles. Le BIM (Building Information Modeling) s’inscrit donc pleinement dans cette démarche et vient accompagner le maitre d’ouvrage désireux d’anticiper les risques précédemment cités. L’innovation dans l’ingénierie de la construction est désormais très largement portée par la maquette numérique où chaque intervenant modélise les informations nécessaires à la conception de l’ouvrage, du suivi de sa réalisation à son exploitation.

Pour commencer, l’architecte développe la maquette numérique dans laquelle s’interfacent la structure, puis les lots techniques et enfin les lots secondaires. L’homogénéité des logiciels permet de mettre en place des passerelles vers les outils de calculs spécialisés (structure, performance thermique, etc.).

Une technique à généraliser

Ce savoir-faire est désormais une réalité au Maroc et il concerne la phase de conception, de suivi de réalisation et d’exploitation. Il faut continuer à sensibiliser les donneurs d’ordre et les investisseurs sur la nécessaire transformation de nos méthodes de travail et confier la maitrise d’œuvre à des intervenants aux compétences éprouvées, possédant les équipements et les ressources humaines adaptés.

L’ingénierie de la construction au Maroc est en passe de réussir sa mutation grâce à l’implication de tous et à l’intérêt grandissant pour cette nouvelle façon de concevoir. À l’échelle globale du projet, le BIM n’est plus perçu comme un surcoût, mais comme un gain réel pour tous les acteurs.

Les clients ne doivent pas céder à la tentation du design toujours moins cher ou de la maitrise d’œuvre low-cost sans ignorer les conséquences éventuelles sur les dérives coût/qualité/délais. Une phase de conception mal préparée aura, hélas, des effets désastreux en phase de réalisation.

Les avantages du BIM :

– Les spécialistes des différents corps d’état se posent les questions très tôt pour une présynthèse réussie.
– Les quantités des équipements et des matériaux définies dans le modèle permettent de calculer des montants forfaitaires sans surprise pour les marchés de travaux.
– Les modèles d’exécution des entreprises incluent la valeur ajoutée nécessaire pour faciliter l’extraction des plans 2D et la réalisation sur le chantier.
– Les données liées à la réalisation « comme construit » constitueront la bible pour la phase d’exploitation.
– La maquette peut également être animée avec un rendu réaliste pour une commercialisation efficace du projet.