Le site d'information de la CFCIM
Christophe Lecourtier

Christophe Lecourtier, invité de Conjoncture

Date de publication : 5 juin 2018 Rubrique : Les Invités de Conjoncture

« Business France, pivot de la nouvelle alliance Team France Export »

Interview de Christophe Lecourtier, Directeur Général de Business France

Conjoncture : La France a dévoilé en février dernier sa nouvelle stratégie pour le commerce extérieur : quels en sont les principaux enjeux et objectifs ?
Christophe Lecourtier :
Une nouvelle stratégie s’imposait. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : l’Allemagne compte 360 000 exportateurs, l’Italie 200 000, la France 125 000 seulement ; l’Allemagne a enregistré en 2017 un excédent commercial de 244,9 milliards d’euros la France un déficit de plus de 60 milliards d’euros, l’Italie a retrouvé le chemin des excédents commerciaux.

Le dispositif français d’accompagnement a une part de responsabilité dans ces performances décevantes : il y a trop d’acteurs pour trop peu de résultats. Des légitimités concurrentes et non coopératives empêchent de partager une vision stratégique et de s’organiser efficacement en conséquence.

L’objectif est donc simple : il s’agit de mobiliser davantage d’exportateurs et de réaliser davantage d’exportations. L’enjeu est tout aussi clair : il s’agit de notre capacité à refonder collectivement le service public de l’export. Business France, l’opérateur national, en a pris l’initiative en proposant aux autres acteurs de mettre en commun leurs moyens et leurs objectifs afin de constituer ce que j’ai appelé une « Team France Export ». Elle se construira dans les territoires, sous l’autorité des Régions, par une association des CCI de France et de Business France, et portera une offre de service structurée, avec tous les acteurs pertinents de l’écosystème régional.

Cette stratégie adopte notamment une approche sectorielle : quels sont les avantages de cette démarche et quelles sont les principales filières mises en avant ?

La spécialisation sectorielle des Conseillers export de Business France et, demain, des Conseillers en développement international des CCI est un facteur d’efficacité de leur action auprès des entreprises, que ce soit pour évaluer leur capacité d’exportation, les préparer à se projeter à l’international ou les orienter dans leurs démarches de développement sur les marchés étrangers. Chaque secteur présente en effet des spécificités – de réglementation, de distribution, de logistique… – qui influent décisivement sur les modalités d’entrée et d’insertion dans son marché. Bien les connaître est donc une condition pour un service d’accompagnement à haute valeur ajoutée. C’est d’ailleurs aussi un prérequis pour que les Chargés d’affaires export parlent le même langage que les entreprises et s’attirent leur confiance.

Des experts sectoriels de Business France vont avoir pour mission d’aider les Chambres en France à segmenter leurs conseillers. Ils contribueront à les former si nécessaire et partageront leur expertise – par exemple, pour chaque secteur, son écosystème d’entreprises, ses forces et ses faiblesses, et les pays à prioriser à l’export. Les principales filières mises en avant devraient correspondre à celles que Business France a déployées depuis une dizaine d’années, à savoir : agrotech ; art de vivre et santé ; industries et cleantech ; technologies numériques.

Quelles sont les nouvelles mesures concernant le dispositif d’accompagnement des entreprises françaises à l’export ?

Nous poursuivons un double objectif :

– Mettre en place un dispositif simple et lisible pour les entreprises : un guichet unique en Région et un seul correspondant de Team France Export à l’étranger qui sera Business France, la Chambre de commerce ou un autre acteur privé ;

– Offrir un accompagnement encore plus efficace, via le renforcement des moyens du service public en Région.

Pour mobiliser plus d’exportateurs, une « plateforme régionale des solutions » mutualisera toutes les ressources locales pour détecter, préparer et orienter les primo exportateurs. L’objectif, défini entre l’État et les Régions, est d’être capable de guider par étapes un grand nombre d’entre eux vers une première expérience export.

Pour susciter plus d’exportations, un dispositif de coaching de proximité réunira, dans les territoires, des équipes CCI, Business France, Bpifrance et tous les acteurs publics et privés. Il proposera des parcours et des services différenciés pour répondre aux attentes spécifiques de chaque entreprise en fonction de sa maturité pour l’international.

Le secteur privé sera associé en amont comme en aval aux interventions du service public et pourra développer son offre de services dans une logique de complémentarité et de relais de l’action publique.

Quel rôle l’Agence Business France est-elle amenée à jouer dans le cadre du déploiement de cette stratégie ?

Cette stratégie implique une évolution importante du rôle de Business France. L’Agence demeure opérateur pour une partie de son activité, mais devient plus largement le pivot de la nouvelle alliance Team France Export :

– Elle s’associe aux CCI de France pour développer une offre commune de services aux entreprises, convergente avec les stratégies définies par les Régions et fédérer les autres acteurs des territoires ;

– Elle supervise la concession du service public à des acteurs privés à l’étranger, tout en assurant l’intégrité du dispositif global dans le cadre de la diplomatie économique ;

– Elle va faire évoluer sa gouvernance pour y impliquer davantage les Régions, les CCI et le secteur privé.

Business France dépasse ainsi son rôle d’opérateur stricto sensu pour devenir un centre de ressources et de conseil pour les donneurs d’ordres, régulateur du service public rénové de l’export et agrégateur de solutions collaboratives dans les territoires.

Cette évolution va déplacer le centre de gravité de l’agence, qui sera moins intensivement présente à l’étranger et davantage en amont, dans les territoires, là où se joue l’essentiel du défi de l’export.

Pour construire cette alliance structurelle entre les partenaires de l’export et créer la confiance, Business France va mutualiser au sein de la Team France Export une part conséquente de son patrimoine immatériel : ses systèmes d’information, ses données clients, marchés et secteurs. L’agence va en outre investir dans de nouveaux outils numériques et en partager l’usage afin de structurer la solidarité et l’activité de la Team France Export et améliorer ainsi l’efficacité collective.

Quel est votre regard sur la relation économique qui lie la France et le Maroc ?

Cette relation économique se nourrit de notre histoire commune, des liens noués entre nos peuples, de la familiarité interculturelle qui en résulte et du partage d’une même langue. Autant de facteurs qui contribuent à la vitalité et à l’intensité des relations commerciales entre nos deux États et des investissements croisés de leurs entreprises. La France est un partenaire économique majeur du Maroc, malgré l’accroissement de la concurrence avec d’autres pays dans les secteurs du commerce et des investissements. Nos échanges continuent de se développer : les exportations françaises vers le Maroc ont augmenté de près de 20 % en 2016, avec une forte croissance dans les domaines agricole et des matériels de transport ; les exportations marocaines à destination de la France sont en hausse depuis 2012 et montent progressivement en gamme. Enfin, la France maintient son rang de premier investisseur étranger au Maroc, qui est aussi la première destination des investissements français sur le continent africain.

Plusieurs groupes marocains ont décidé de s’implanter et de se développer en France. Selon vous, quelles opportunités le pays offre-t-il aux investisseurs étrangers, notamment marocains ?

La France est l’un des pays les plus attractifs au monde, comme le montre une fois encore la progression – + 16 % – du nombre de projets d’investissements étrangers l’année dernière. La qualité de nos infrastructures et notre position géographique font de la France un « hub » particulièrement intéressant pour les entreprises étrangères qui cherchent à s’implanter en Europe pour exporter sur tout le continent, premier marché mondial. La France présente en outre une grande variété d’atouts appréciables : la taille du marché intérieur, la stabilité de la réglementation, la qualité de l’environnement des affaires, la qualification des salariés, la productivité du travail, le tissu industriel, l’innovation et la R&D, sans oublier la qualité de vie, la beauté des paysages et la richesse du patrimoine.

La CFCIM est délégataire de service public et représentante exclusive de Business France au Maroc depuis 2012. Comment voyez-vous l’évolution de ce partenariat dans les années à venir ?

Business France se félicite du travail effectué par la CFCIM et a décidé de consolider et d’approfondir ce partenariat : la Chambre va accueillir le bureau que nous créons au Maroc et qui sera chargé de promouvoir l’attractivité de la France au Maghreb et d’accompagner les projets d’investissement des entreprises de la région en France. Les liens que nous avons noués depuis cinq ans vont pouvoir ainsi encore se renforcer dans les années à venir.