Le site d'information de la CFCIM
Anouar Benazzouz

Entretien avec Anouar Benazzouz, Directeur Général d’Autoroutes du Maroc

Date de publication : 5 décembre 2017 Rubrique : Zoom

Conjoncture : ADM est un acteur majeur du développement des infrastructures au Maroc : quel regard l’entreprise porte-t-elle sur la dernière décennie et les progrès réalisés ?

Anouar Benazzouz : ADM construit, entretient et exploite un réseau autoroutier concédé de 1 800 km qui positionne le Maroc parmi les pays dont l’infrastructure autoroutière est entrée en phase d’exploitation industrielle, à l’instar du Portugal. Cette infrastructure a contribué à créer de l’activité économique et de l’emploi, à favoriser l’accessibilité des territoires (et à renforcer leur compétitivité et leur inclusion sociale) ainsi qu’à installer une croissance durable. Ainsi, le réseau autoroutier dessert aujourd’hui : 8 chefs-lieux de région, soit 12, 65 % de la population, 80 % des établissements industriels, 80 % des lits touristiques classés, 5 ports principaux et 7 aéroports.

Dans le cadre de son dernier contrat-programme avec l’État, couvrant la période 2008-2015, ADM a réalisé plus de 1 000 km d’autoroutes et concrétisé un ensemble de projets majeurs pour un coût global de 39 milliards de dirhams, soit un dépassement de 3 % par rapport aux prévisions initiales, ce qui constitue une performance.

Les derniers chantiers prévus ont été mis en service, comme le pont à haubans Mohammed VI. D’une longueur de 950 mètres, ce joyau du patrimoine autoroutier du Maroc est l’un des ponts les plus longs d’Afrique. Il dispose de deux pylônes de 200 mètres de hauteur et d’un tablier large de plus de 30 mètres. Le contournement de Rabat et l’axe autoroutier El Jadida-Safi ont également été réalisés et, afin d’optimiser et moderniser les infrastructures existantes, ADM a procédé à l’élargissement des gares de péage qui connaissent une grande affluence, tout en aménageant de nouveaux échangeurs qui améliorent la desserte des villes et agglomérations

L’année 2016 a, en outre, été une année exceptionnelle, au cours de laquelle ADM a entamé le cycle d’exploitation moderne du réseau autoroutier marocain avec, à la clé, des résultats historiques. L’an passé, ADM a ainsi vu transiter chaque jour sur son réseau autoroutier 350 000 véhicules et a accueilli 750 000 passagers, soit un trafic en augmentation de 12 % qui a généré une augmentation des recettes de 12 % en comparaison avec 2015. Le réseau autoroutier capte aujourd’hui 22 % de la circulation totale au Maroc.

Quels sont les enjeux du secteur autoroutier au Maroc ? ​

Ils se traduisent en trois axes : la sécurité, la maintenance du patrimoine autoroutier et l’innovation. En matière de sécurité, les autoroutes restent quatre fois plus sûres que les routes normales. Sur le terrain et à distance, ADM s’assure en permanence que les déplacements des client-usagers sur le réseau autoroutier se déroulent dans les meilleures conditions. Pour ce faire, des unités d’assistance et de surveillance du réseau sont prêtes à intervenir à tout moment pour porter assistance en cas de panne ou d’accident. Un système d’information accessible via des panneaux à messages reliés à la plate-forme « ADM Trafic » permet également aux usagers d’être au courant en temps réel des incidents et autres événements sur leur trajet. Les automobilistes peuvent aussi solliciter une assistance à n’importe quel moment en composant le 5050. Disponible 24 h/24 et 7 j/7, le centre d’appel d’ADM offre la possibilité de bénéficier de plusieurs services, tels que l’assistance, la demande et le dépôt d’informations, de réclamations et de suggestions.

En parallèle, ADM a entrepris un ensemble de chantiers pour renforcer l’entretien du patrimoine autoroutier existant par la mise en œuvre des travaux de maintenance d’envergure à l’échelon national. En vue de moderniser son activité d’exploitation, la société a fait appel à l’expertise internationale de grands groupes. En 2016, ADM a ainsi conclu des partenariats avec la société française VINCI Autoroutes, prestataire technique en charge de la modernisation et de l’automatisation du système de péage, et la société nippone HANSHIN EXPRESSWAY, prestataire technique en charge de la maintenance des ouvrages d’art. À travers ces partenariats, nos collaborateurs ont bénéficié de formations, à la fois théoriques et opérationnelles, garantissant le transfert de savoir-faire.

Enfin, l’innovation est au cœur de notre démarche. Elle en constitue même l’ADN. Prenons l’exemple du service de télépéage Jawaz. Lancée en juin 2014, cette solution facilite l’acquittement du péage et fluidifie le trafic. Elle fonctionne à l’aide d’un boitier collé au pare-brise qui permet aux usagers de ne pas marquer l’arrêt : la transaction s’effectue automatiquement à l’approche du péage, la barrière se lève instantanément et le décompte du montant est débité du solde du client. Les bénéfices de Jawaz sont triples : gain de temps, fluidité et confort. L’année 2016 a été marquée par la généralisation progressive de ce service de télépéage, qui compte plus de 50 000 clients et couvre 80 % des gares de péage du réseau autoroutier au Maroc.

Comment ADM perçoit-elle son rôle dans le développement des infrastructures du pays ?

Depuis sa création en 1989, ADM a en charge la responsabilité du financement, de la construction, de l’entretien et de l’exploitation du réseau autoroutier marocain. La société permet ainsi chaque jour aux Marocains de relier rapidement et en toute sécurité les principales villes du Maroc. ADM a donc un rôle structurant majeur et une position d’acteur incontournable en matière de développement durable. L’organisation de la COP22 à Marrakech l’an passé a permis à la société d’affirmer sa contribution à la réussite de cet événement d’envergure mondiale, et ce à travers l’organisation de la première conférence internationale sur la mobilité durable présentée en septembre 2016 sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Nous sommes aussi conscients que les autoroutes ne sont pas seulement des infrastructures, mais un ensemble de services qui accompagnent, facilitent et rendent plus confortables les déplacements de millions de personnes. C’est pourquoi nous nous sommes attelés à la modernisation des aires de repos et de service, à la diversification de l’offre de télépéage et au renforcement de l’offre d’assistance, d’information et de connexion. Les 350 000 véhicules qui ont emprunté quotidiennement le réseau autoroutier en 2016 témoignent de la confiance que nos clients-usagers portent à la qualité et la sécurité de nos autoroutes.

Quels sont les grands défis à venir pour l’entreprise ? ​

Notre objectif à l’horizon 2021 est de faire d’ADM une entreprise à la pointe de la technologie, une société à la fois performante et profitable. L’année 2016 a été à ce titre une année charnière, puisqu’elle a marqué notre entrée dans une phase d’exploitation moderne industrielle, au même titre que certains pays d’Europe. C’est donc une nouvelle ère qui se dessine aujourd’hui pour les autoroutes au Maroc, avec un futur où les autoroutes seront encore plus innovantes, encore plus intelligentes et toujours plus connectées pour le bien-être de ses usagers.

Peut-on citer les grands projets à venir ?

Il y a le projet de l’autoroute Tit Mellil – Berrechid qui vise deux grands objectifs. D’une part l’équilibre des grands échanges autour de Casablanca par la prise en charge du trafic de transit et délestage de deux autoroutes de contournement de Casablanca et Casablanca – Berrechid et d’autre part, la desserte de Casablanca Centre et Est et la pérennisation de son accessibilité dans les meilleures conditions possibles en termes de sécurité, de temps et de confort.

Nous avons également les projets d’élargissement à 2 fois 3 voies des autoroutes de contournement de Casablanca et de Casablanca-Berrechid d’une longueur totale de 57 km. Ces projets sont devenus une nécessité pour pouvoir accompagner la croissance significative du trafic que connaissent ces sections, le trafic de pointe pouvant y dépasser les 55 000 véhicules par jour.

Propos recueillis par Thomas Brun