Le site d'information de la CFCIM
compta

Savoir acheter avec efficience : les questions à se poser

Date de publication : 11 septembre 2017 Rubrique : Regards d'experts

Meryem BENNISMeryem Bennis, Directeur Associé Effiscience Conseil

Que vous soyez Responsables Achats, Responsable financier ou supply-chain, dans une grande ou moyenne entreprise, voire Directeur Général de PME en charge des achats, vous êtes forcément concernés par la question de l’efficience des achats.

Conscients de l’impact des achats non seulement sur la rentabilité de votre entreprise, mais également sur son écosystème, au sens large du terme, vous vous demandez quels sont les principes et techniques qui permettent de mettre en place des process achats à la fois performants et durables. Voici les questions essentielles à se poser :

Comment professionnaliser votre fonction achat ? Quels outils ? Quelles compétences ?

La professionnalisation des achats passe par la maîtrise du processus achat, qu’il soit digital ou pas. En effet, quand il est bien construit, le processus achat permet de structurer ma démarche achats et de l’orienter vers une performance optimale. Il complète les autres moyens tels que les compétences humaines et les outils IT pour en faire une fonction créatrice de valeur, au-delà des simples approvisionnements.

Quels leviers utiliser pour atteindre des économies à 2 chiffres de façon durable ?

Les leviers sont nombreux, mais c’est la pertinence de leur application qui importe. Il est important de procéder d’abord à des analyses déterminant l’appartenance des familles d’achats selon leur nature (achats complexes, lourds, à haut potentiel ou goulot). Au moment de la négociation, de nombreuses techniques peuvent être utilisées pour assurer leur efficacité. L’essentiel consiste à savoir quelle stratégie allez-vous adopter et sur quels deals vous allez vous concentrer. Vous êtes sommés de maximiser vos gains et respecter les valeurs RSE ? Des techniques de calcul nous permettent de démontrer l’intérêt économique d’opter pour des produits écoresponsables.

Comment mesurer, piloter et valoriser ma performance achat vis-à-vis du client interne et du top management ?
Le système de mesure de la performance porte sur 3 dimensions touchant le process, la gouvernance, puis les outils KPI. En réalité, ce système de mesure découle de la politique achats et de la vision à terme. Vous avez, évidemment, déjà un tableau de bord établi. La question majeure est de savoir comment faire pour qu’il traduise de manière pertinente les actions d’amélioration que vous avez entreprises en direction des dysfonctionnements majeurs.

Le système de pilotage touche la notion de satisfaction des différentes parties prenantes des achats notamment les clients internes, le top management ainsi que les fournisseurs. Ainsi, construire une relation ouverte, collaborative et responsable avec les intervenants internes et externes devient une nécessité.

« L’adoption de la démarche achats responsables et performants représente un avantage concurrentiel important lorsque l’on traite avec des entreprises ou organismes qui ccordent une grande importance à la RSE. »

Quoi de mieux qu’une norme internationale comme référent à notre stratégie achat responsable ? La norme ISO 20 400 : une première mondiale, depuis quand ?

La norme internationale ISO 20 400 existe bien depuis cette année. Elle résulte de travaux menés depuis 5 ans déjà, copilotés par l’Afnor, organisme français de normalisation. La norme vient s’inscrire dans la continuité d’une loi sur le devoir de vigilance quant aux impacts de sa chaîne d’approvisionnement.

En quoi est-elle pionnière ?

C’est la première norme internationale dédiée aux achats responsables. Elle consolide les bonnes pratiques et méthodologies efficientes afin de concilier entre la performance économique et l’acte éco-responsable.

Qu’est-ce qu’elle amène de nouveau ?

La norme ISO 20 400 présente une approche pragmatique qui permet de concilier les objectifs, entre optimisation et durabilité. Elle présente la méthodologie d’intégration concrète des principes écologiques tout au long du process. Elle offre également des outils qui facilitent le management du risque social, sociétal ou environnemental.

La norme ISO 20 400 préconise notamment l’évaluation des fournisseurs selon la pertinence et la faisabilité des stratégies liées à l’environnement telles que l’analyse du cycle de vie selon la technique de LCA et l’évaluation des coûts du cycle de vie selon le concept de LCC, l’éco-efficience. Certes, cette norme n’est pas sujette aujourd’hui à une certification. Cela dit, un label Achats responsables est déjà en cours d’étude.

En conclusion, le manager en charge des achats peut dès aujourd’hui commencer à initier ces principes de manière progressive dans le cadre de sa politique achat, de manière efficiente et innovante.